La respiration en pyramide

Dans ce billet, je vais vous faire part d’un petit exercice, tout simple mais qui permet de travailler deux concepts importants: la structure par la respiration et le mouvement par la respiration. L’exercice ou plutôt le set d’exercice est la respiration en pyramide. Comme vous allez le voir, bien que cet exercice semble facile, sa réalisation correcte prend du temps et peut être difficile. En même temps, si vous réussissez à bien le faire, c’est que votre respiration de base est en place. 

 

Continuer la lecture de « La respiration en pyramide »

Si tu as aimé cette article partage le 🙂

Respiration cyclique et lâcher-prise

Dans un article précédent, j’ai parlé d’approches physiques pour aborder le lâcher-prise. J’ai mis un focus sur l’importance de la détente musculaire dans le lâcher-prise. Dans ce cas la respiration permettait d’aider à ce relâchement. Aujourd’hui je vais parler de la respiration cyclique qui induit directement un lâcher-prise. En effet, cette respiration va vous permettre de consciemment amorcer un mouvement pour finalement laisser totalement la main à votre corps. En réussissant à faire cela et en le laissant durer dans le temps, vous exprimerez un lâcher-prise corporel en cédant le contrôle du mouvement à votre corps.

Continuer la lecture de « Respiration cyclique et lâcher-prise »

Si tu as aimé cette article partage le 🙂

Monoxyde d’azote, la molécule cachée du nez

Petit billet physiologie ici, ça faisait longtemps! On va parler du monoxyde d’azote ou oxyde nitrique. Qu’est-ce que c’est que cette molécule?  C’est une petite molécule gazeuse que notre nez synthétise (entre autres!). De part sa localisation, vous vous doutez bien qu’elle doit avoir une influence sur la respiration et la physiologie respiratoire! Nous allons donc discuter ici de son rôle et de son importance et essayer de comprendre l’impact que cette molécule a sur notre façon de respirer!

 

 

Continuer la lecture de « Monoxyde d’azote, la molécule cachée du nez »

Si tu as aimé cette article partage le 🙂

La respiration superficielle

Respiration superficielle. Bizarre comme titre non? Depuis à peu près le tout début de ce blog, j’insiste sur la mise en place de la respiration naturelle ou complète. Cette respiration est principalement basée sur la bonne utilisation du diaphragme. Pourtant aujourd’hui on va parler de la respiration superficielle. Qu’est-ce que cette respiration? C’est une respiration qui va se faire majoritairement avec les muscles inspiratoires accessoires et qui va donner la sensation de respirer que par la partie haute du thorax et par la gorge. Pourquoi respirer comme cela? Comment? C’est l’objet de cet article.

Continuer la lecture de « La respiration superficielle »

Si tu as aimé cette article partage le 🙂

Oxygen advantage®: l’interview en français

J’ai déjà parlé dans ce blog d’Oxygen advantage®, dérivé de la méthode Buteyko que j’apprécie beaucoup. Oxygen advantage n’est pas encore très connu du grand public. La sortie prochaine du livre traduit en français devrait changer cela. Pourquoi n’est-ce pas connu? Déjà, c’est moins spectaculaire que la méthode Wim Hof quand il s’agit de faire des photos.

Pourtant, oxygen advantage est vraiment spectaculaire quand il s’agit d’obtenir des résultats mesurables et durables. Ensuite, le nombre d’instructeurs français n’est que peu développé. En fait, il n’y en a qu’un : Jean-François Lopez. Si on s’intéresse à la francophonie, il y a également Marc Simard qui est déjà passé quelques fois sur le blog. Il ne sont pas nombreux donc… Raison de plus pour les mettre en avant!

J’ai donc proposé aux deux instructeurs de nous présenter la méthode oxygen advantage que nous découvrirons donc dans ce billet!

Continuer la lecture de « Oxygen advantage®: l’interview en français »

Si tu as aimé cette article partage le 🙂

La respiration dans la méditation de pleine conscience

Connaissez-vous la pleine conscience? Ce blog a pour objectif de traiter de la respiration sous toutes ses formes. Or, la respiration est intégrée dans de nombreuses pratiques. Nous avons déjà vu dans un article précédent l’influence de la respiration dans les pratiques contemplatives C’est pour cela que je travaille très régulièrement avec des spécialistes de pratiques de bien-être. Les échanges sont ainsi très intéressants. Une des particularités des personnes avec qui je travaille est qu’ils sont toujours issus d’un parcours scientifique ou de santé classique et ont ensuite choisi d’utiliser des pratiques alternatives pour proposer des solutions plus variées à leurs patients tout en gardant un oeil critique sur leur pratique.

C’est le cas de David, médecin psychiatre et instructeur de méditation de pleine conscience dont il va parler dans cet article. David en est un expert puisqu’il l’utilise dans sa pratique professionnelle et sa thèse de médecine portée sur le sujet appliqué à certaines maladies psychiatriques. Dans cet article, il discute de comment doit être appréhendée la respiration dans la pratique de la pleine conscience.

 

Continuer la lecture de « La respiration dans la méditation de pleine conscience »

Si tu as aimé cette article partage le 🙂

Le programme complet de challenge respiration 1

Comme annoncé, la semaine dernière, nous avons sur le groupe facebook de l’art de la respiration, lancé le challenge n°=1 d’une semaine. Je suis très content de la participation et des retours de cette expérience. J’ai donc décidé de le poster sur le blog de façon public pour que tout le monde puisse le tester. Quel était le but de ce challenge? Globalement, prendre du temps pour s’occuper de sa respiration et en être conscient. Il avait également pour but de commencer à prendre l’habitude de ralentir la respiration et de respirer par le nez. Il y aura une suite évidemment où on s’intéressera aux apnées et temps de pause principalement qui sera lancé sur le groupe facebook. En attendant, voici le challenge 1!

Continuer la lecture de « Le programme complet de challenge respiration 1 »

Si tu as aimé cette article partage le 🙂

Méthode REBO2T : phase 2

Dans le premier article présentant la méthode REBO2T, nous avons vu pourquoi tout doit partir d’un travail corporel lorsque l’on veut travailler la respiration. Un corps bien en place permet une respiration libre. Cette respiration libre permettra d’exécuter correctement l’ensemble des motifs respiratoires intéressants pour travailler sur nous. De plus, déjà après cette phase de travail, certains problèmes liés à la posture ou à des déséquilibres musculaires pourront être atténués voir corrigés.

Ainsi, après cette phase, on pourra commencer à s’intéresser au fonctionnement de notre physiologie. Avec la bonne exécution des motifs respiratoires, on pourra jouer sur notre système nerveux pour accélérer ou ralentir notre métabolisme, renforcer notre système immunitaire, jouer sur notre système hormonal. C’est la phase 2 de la méthode REBO2T, travailler consciemment sur notre physiologie !

 

 

Continuer la lecture de « Méthode REBO2T : phase 2 »

Si tu as aimé cette article partage le 🙂

Pourquoi une respiration thoracique aggrave l’anxiété ?

Nous avons jusqu’ici dans ce blog vu les bienfaits de la respiration. Néanmoins, je reçois de plus en plus de messages de gens qui ont un problème et qui me demandent si la respiration peut les aider. J’ai donc décidé de faire une série d’articles sur les problèmes engendrés par une mauvaise respiration. Ainsi, si vous vous reconnaissez dans le problème et que le mauvais motif respiratoire vous correspond, peut-être que la respiration peut effectivement être une solution. Ceci, je l’espère, vous donnera des pistes pour corriger votre respiration et améliorer votre état. Dans ce premier article, je vais parler de l’anxiété. En effet, l’anxiété est un trouble très commun et un très mauvais motif respiratoire lui est souvent associé!

Respiration et anxiété

 

 

Qu’est-ce que l’anxiété ?

Tout le monde a déjà été anxieux au moins une fois dans sa vie. Toutefois, chez certaines personnes, c’est un état qui peut être constant. L’anxiété est alors excessive et peut pourrir la vie. Cela se manifestera alors par une anticipation excessive de tout et n’importe quoi alors que concrètement il ne se passe rien de spécial. Physiquement, cela se manifestera par une sensation de tension musculaire, de la fatigue, des troubles digestifs, parfois de la transpiration… Vous reconnaîtrez sans problème ici une suractivation du système orthosympatique.

Ceci correspond à un état de stress, qui lorsqu’il est chronique, épuise la personne. En effet, le stress est normalement un état de défense qui se déclenche en réponse à un danger identifié et immédiat. L’idée étant de booster l’énergie disponible pour le corps fonctionne à 110 % (c’est une image). Par contre, c’est coûteux en énergie. Par conséquent,  lorsque cet état est tout le temps activé, c’est un stress chronique qui épuise à la longue. L’anxiété induit donc cet état de stress chronique.
Ce type de trouble est embêtant puisque d’après le site anxiété.fr, 15% de la population vivra un trouble anxieux dans l’année. Ceci a un impact très important, au niveau individuel bien-sûr, mais sociétal également ! En effet, l’anxiété diminue les performances, conduit à s’arrêter de travailler, augmente les consultations chez le médecin…

Comment se manifeste l’anxiété ?

Le plus souvent, les gens ont surtout conscience d’une pensée qui tourne en boucle et qui fait peur. Ils ont du mal à se reposer ou à dormir, ils se sentent mal et ça les renvoie à leurs pensées. Le problème, c’est qu’ils ratent souvent un point essentiel : l’état de leur corps.Si vous regardez une personne anxieuse, vous allez voir (ou moins sentir), qu’elle est crispée. Le signe le plus évident est au niveau du cou et des épaules mais en fait, c’est toute la chaîne respiratoire qui est tendue !
Quel est le résultat de cette tension ? Le diaphragme est verrouillé, du coup, la respiration monte mécaniquement et devient au mieux thoracique, au pire claviculaire… Sans compter l’état de mal-être général que procure le fait d’être constamment musculairement crispé. on se sent diminué et pataud. Quelle est la conséquence sur la psyché ? On va le voir maintenant…

Un petit test d’induction de l’angoisse

Attention ! Si vous êtes déjà anxieux, n’essayez pas ce test. Faîtes le faire à quelqu’un qui ne l’est pas 😛 !

  • Contractez les abdo
  • Contractez le cou
  • Respirez à un rythme confortable sans avoir à forcer pendant 2/3 minutes dans cette position
  • Comment vous sentez vous ?

Généralement, ce qu’il va se passer, c’est que vous allez sentir une oppression au niveau thoracique (le cœur et/ ou la gorge qui se serre(nt)). Cela ne vous rappelle pas quelque chose ? L’angoisse et à l’extrême la crise de panique !

Or, quand les gens sentent cela, que font-ils ? Ils cherchent à respirer fort. Le problème, c’est qu’ils ne peuvent pas et vont accélérer une respiration thoracique qui les opprimera encore plus et qui au passage les feront hyperventiler. Pourquoi l’hyperventilation ? Parce que musculairement, ils seront contraint à une respiration courte et superficielle, ne permettant pas l’accumulation de CO2. Si on ajout à cela une augmentation de fréquence, on est en plein dans l’hyperventilation. D’ailleurs, c’est pas pour rien que l’on fait respirer dans une poche, cela permet d’enrichir l’air inspiré en CO2 et calmer l’hyperventilation.

Bref. Tout ça pour faire sentir l’effet des tensions causées par l’anxiété sur la respiration qui du coup empire la situation. Si vous avez bien senti les effets après cette respiration qui a duré 2/3 minutes, imaginez quand ça dure un mois!

Trouver la solution par le corps

Souvent, pour soigner l’anxiété, les gens passent par des thérapies brèves ou autre. On essaie de reconditionner leur comportement pour qu’ils trouvent une autre solution qu’un comportement  anxieux en réponse à une situation. C’est une bonne stratégie qui permet de stabiliser l’état de la personne et que cet état n’empire pas puis finisse par régresser. Le soucis, c’est que selon l’explication du dessus, le problème central est dans le corps (l’inconscient?). D’ailleurs, il est intéressant de noter que parfois, les psychiatres parlent de « peur sans objet ».

Selon notre logique, c’est exactement ça: un état musculaire en tension (qui s’y est mis pour une raison ou une autre) provoque de l’anxiété à cause de l’oppression que cet état fait ressentir. Rien de mental.  La cause qui  a créé le premier blocage n’est pas importante, c’est le blocage le problème. Alors c’est peut-être simplifié, mais d’expérience, ça colle assez bien.

Du coup, pour se débarrasser de l’anxiété, il faut travailler sur la mobilisation du diaphragme et la suppression des tensions de la chaîne profonde. Cela peut se faire de diverses manières Travailler sur la respiration naturelle couplée à de l’auto-massage par exemple. Utiliser des respirations explosives pour choquer la chaîne profonde et créer un relâchement en retour est également une solution intéressante, surtout si l’anxiété est apparue il n’y a pas trop longtemps.. Calmer le système nerveux orthosympatique par des motifs respiratoires particuliers peut soutenir le tout en empêchant que la situation s’aggrave…

Conclusion

Nous avons donc vu qu’une mauvaise respiration et un mauvais état de la chaîne respiratoire peut entraîner un ancrage de l’anxiété. Moi-même ayant une nature plutôt anxieuse, je me suis totalement débarrassé des symptômes en appliquant ce type de travail. De plus, j’ai également appliqué cela à différentes personnes qui se sont senties également soulagées. Attention, je ne remet pas en cause les techniques de thérapies cognitives qui ont apparemment fait aussi leurs preuves. En tous cas, si vous vous reconnaissez là-dedans, n’hésitez pas à essayer, c’est simple et ça peut grandement aider !

A bientôt

Yvan

Si tu as aimé cette article partage le 🙂