Comment utiliser la visualisation lors de la pratique?

La visualisation est un outil utilisé dans de nombreuses pratiques qu’elles soient physique, intellectuelle, ou spirituelle. Ses effets sont très profitables puisqu’il a été montré que par exemple dans le sport, visualiser un mouvement permet aux zones du cerveau responsables du mouvement s’activent pendant la visualisation. Il a également été montré que le travail de visualisation permet de se rééduquer plus facilement après un accident. D’un point de vue intellectuel, la visualisation est aussi très utile. On peut largement améliorer la mémoire par exemple via la visualisation avec le palais de la mémoire entre autres. Au niveau spirituel et/ou énergétique, la visualisation est la porte d’entrée la plus évidente. Il est donc naturel d’utiliser la visualisation au cours de la pratique respiratoire et cela, quelle que soit la finalité de votre pratique. Je vais donc donner ici quelques astuces où la respiration et la visualisation font bon ménage.

La visualisation et la respiration pour la conscience corporelle

Le premier cas dans lequel où j’utilise énormément la respiration est pour le travail de la conscience corporelle. Êtes-vous capables d’être conscient de toutes les zones de votre corps? De façon séquentielle pour commencer? Est-ce qu’il y a des zones que vous ne sentez pas? La réponse est probablement oui et dans ce cas, nous allons utiliser la respiration couplée à de la visualisation pour régler le problème. Inspirez par le nez et essayez de donner une couleur, celle que vous voulez, à l’air que vous  inspirez. Focalisez vous sur cette couleur qui circule dans votre appareil respiratoire. Lorsque votre visualisation est forte, vous allez commencer à la diriger.

Pour cela, lors de l’inspiration, cherchez à faire passer votre respiration par exemple dans votre bras via votre visualisation. Sur l’expiration, venez vider votre bras pour expulser l’air via votre image. Quand c’est facile, commencez à vous intéresser à une zone du corps où vous n’avez pas de conscience particulière, comme par exemple entre les omoplates.

Envoyez votre air depuis le nez dans la zone en passant par des zones corporelles que vous sentez bien. Par exemple, inspirez par le crâne, redescendez dans la nuque pour aller jusqu’au milieu des omoplates. Sauf que, normalement, vous avez du sentir qu’à certains moment, vous perdez la visualisation. Le but de cet exercice est donc qu’à chaque fois que vous perdez cette visualisation, même  si ce n’est pas dans la zone ciblée, expirez immédiatement dans le sens inverse en suivant la visualisation. Ré-inspirez et essayez d’aller plus loin avec une image parfaitement claire. Dès que c’est perdu, sens inverse!

Ainsi de suite jusqu’à arriver dans la zone ciblée. Curieusement, vous sentirez que vous vous êtes nettement détendus sur tout le trajet…

La visualisation et le respiration pour la mémoire

Connaissez-vous le concept du palais de mémoire? C’est pour moi un des exercices vraiment extraordinaire s’appuyant sur la visualisation. A l’origine de ce travail serait le poète grec Simonide de Céos. Cet exercice est devenu un jeu prisé chez les grecs anciens. Plus récemment, c’est le personnage de Sherlock Holmes qui s’en servait. Le concept? Créer dans votre imaginaire un palais, ou une maison, ou une pièce dans laquelle vous allez ranger vos souvenirs de façon organisé. Vous pourrez librement vous balader dans cet endroit et au fur et à mesure prendre vos souvenirs et les « lire ».

La façon dont on range l’information est primordiale. En effet, il faudra remonter ensuite à l’information en s’appuyant sur le lieux où elle est rangée. C’est là que la respiration entre en jeu. Dans un article précédent, nous avons vu que l’inspiration aide à la mémoire. On va donc utiliser l’inspiration pour se déplacer dans le palais jusqu’à l’endroit où on veut ranger l’information. On la range sous une forme ou une autre en utilisant de préférence à chaque fois une inspiration pour regarder où on la range. En ce qui me concerne, sur  chaque inspiration, je visualise que l’information si grave sur une tablette au fer chaud et je pose ensuite la tablette.

J’ai ainsi conservé des souvenirs très précis de certains schémas que j’ai dessiné il y a plus de dix ans pendant mes études. Alors ça, ça me sert à rien aujourd’hui mais quand on a besoin de se souvenir de concept, le palais de mémoire et l’inspiration sont deux atouts non négligeables.

La visualisation et la respiration pour se repérer dans l’espace

Ceci est un des effets les plus bluffants que j’ai utilisé pour montrer à mes élèves qu’ils pouvaient se fier à d’autres sens que la vue pour se déplacer. Dans cet exercice, le but est d’utiliser la respiration pour donner corps à un trajet pour atteindre un point éloigné d’une 50 aine de mètres voir plus avec précision. Posez un objet par terre et venez vous mettre à une cinquantaine de mètres de cet objet. Fermez les yeux et allez ramasser l’objet. Difficile non?

Maintenant, vous allez visualiser que sur votre inspiration, vous « inspirez l’objet » et l’attirez vers vous créant une traînée lumineuse. Expirez en faisant le trajet retour de cette traînée. Faîtes cela plusieurs fois puis quand la visualisation est solide, fermez les yeux et allez ramasser l’objet en suivant la traînée grâce à votre respiration. Les résultats sont surprenants…

La visualisation et la respiration dans la gestion des émotions 

Et-ce qu’une émotion est très différente d’une visualisation? Pour moi non, la seule réalité physique de l’émotion est sa manifestation corporelle, tout comme la manifestation physique d’une visualisation. Si vous êtes capable d’utiliser votre respiration pour donner de la consistance à une visualisation, vous serez capable d’utiliser votre respiration pour contrôler vos émotions. Cet exercice est particulièrement valable pour des émotions type colère, tristesse,  angoisse, agacement, envie, jalousie…, surtout quand elle est en fond et ne s’exprime pas.

Identifiez la zone dans laquelle l’émotion se concentre, là où elle crée de la tension musculaire. Englobez la zone en lui donnant une couleur et une forme. Ensuite, commencez à respirer avec des cycles longs par le nez et donnez une couleur à l’air qui rentre. Petit à petit, envoyez cette couleur dans la zone et expirez le mélange des deux couleurs. Continuez à respirer jusqu’à avoir remplacez la première couleur par celle de votre air. Enfin, venez simplement expulsez l’air de la zone par la bouche.

Vous devriez sentir que la zone s’est détendue et que l’émotion a disparu. Si elle revient, ce sera moins fort et il suffira de reproduire l’exercice jusqu’à sa disparition totale.

Vous pouvez également jouer avec une émotion positive. Pour cela, rappelez vous d’un souvenir agréable et visualisez où elle se loge dans le corps. Inspirez pour intensifier cette visualisation puis sur l’expiration, déplacez là ailleurs dans le corps. Vous devriez sentir cette émotions positives vous détendre le corps à son passage. Envoyez-là de préférences dans des zones avec peu de conscience ou tendues. 

La visualisation pour le travail énergétique

Ce dernier point concerne ceux qui pratiquent nue méthode de travail énergétique. Je ne rentrerai pas dans les détails, ce n’est pas l’objet de ce blog, mais si vous voulez en savoir plus sur l’énergétique, je vous conseille fortement ce site  appartenant à Serge Gilette, pratiquant et enseignant Taoiste. Ici, je me contenterai de parler de la visualisation pour accumuler de l’énergie dans les bras. 

Expérimentez ceci: visualisez que l’air que vous inspirez par les mains (où par les mains d’ailleurs?) vient remplir les os du bras. Maintenez bien la couleur et la consistence de votre « air ». Expirez mais gardez cet air dans les os du bras pendant l’expiration. Réinspirez et visualisez que vous chargez encore plus ces os avec cette même visualisation de l’air, expirez en gardant. Et continuez ainsi pendant quelques minutes. A la fin, comment vous sentez vous?

Conclusion

La visualisation est un fantastique outil. Elle permet de réaliser beaucoup de choses et de travailler sur soi de façon efficace. Néanmoins, quand on la couple à la respiration, on obtient des résultats bien plus intéressant. Il semble que la respiration donne de la vie à cette visualisation, du dynamisme. Ainsi, la combinaison des deux donnera des résultats décuplés. Pour certains la visualisation est un phénomène qui ne marche pas. En effet, il semble que certaines personnes soient incapables d’imaginer des images. 

Pour ces personnes là, essayez de vous créer non pas une image mais une sensation, ou un bruit. Reprenez alors exactement ces exercices et remplacez les couleurs, les formes par une masse, une sensation, un effet. Le résultat sera le même.

Voilà c’est tout pour ce petit article pour introduire les notions de visualisation. On peut aller très loin là-dedans mais cela nécessitera plusieurs qualités qui si elles ne sont pas présentes ne permettent pas d’effectuer des exercices plus avancés. Amusez-vous déjà avec ceux-là, il y a de quoi faire. A noter, j’ai enregistré une respiration guidée qui vous permettra de vous entraîner à la visualisation. Comme toute pratique, c’est la répétition qui va donner des effets de plus en plus forts.

J’espère que cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager si c’est le cas!.

Si vous avez des questions, c’est en commentaire et j’y répondrai avec plaisir

A bientôt

Yvan

Si tu as aimé cette article partage le 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *