A l’origine de l’art de la respiration: le pranayama

Le pranayama est la pratique du souffle chez les indiens. C’est un des piliers du yoga. C’est surtout dans le cadre de ce blog la plus ancienne pratique respiratoire structurée. En effet, on date l’apparition de la pratique du pranayama en -6000 avant J.C. Cela ne veut certainement dire que c’est la première que l’humanité ait connu, mais c’est la plus ancienne référencée. Il est intéressant de s’y intéresser quand on s’intéresse à la respiration parce que 8000 ans d’empirisme, ça mène sûrement à quelque chose…

Le pranayama, l’ancêtre de la pratique respiratoire

Pranayma est un mot Sanskrit signifiant contrôle de la respiration ou  extansion du prana (=source de vie). Comme je l’ai dit plus haut; le pranayama est daté de 6000 avant JC donc a aujourd’hui environ 8000 ans selon les exert en yoga. La première trace archéologique est la découverte de peinture montrant des personnages en position de médiation (-5000) et celle d’une gravure d’un pratiquant réalisant un asana et date de -3000 (Taylor 1996). C’est donc la première pratique structurée référencée dans l’histoire de l’humanité. La légende dit que le pranayama est tiré de l’observation de la nature (probable cela dit). En effet, les Hommes ont observé que les animaux qui respiraient lentement, éléphants, tortues, pythons… vivaient beaucoup plus longtemps (en dizaine d’années) que les animaux avec une fréquence respiratoire importante, oiseaux, lièvres, chiens qui ne vivent que quelques années. Le résultat logique de leur observation a été d’essayer de diminuer la fréquence respiratoire pour vivre plus vieux.

Ensuite, par la pratique les anciens yogis ont réalisé que la respiration influence les pensées. Mieux, il y a un aller-retour entre pensée et souffle: le souffle calme la pensée et une pensée calme ralentit le souffle. Cela a donc découlé sur les premières formes de méditation où le contrôle du souffle permet le contrôle du mental. C’est ainsi que le pranayama est né.

En 2000 avant JC, on estime que sont apparus les chants, les prières et les rituels qui ont donné un aspect spirituel à la discipline (période védique).

L’apport de l’aspect spirituel au pranayama

Cet apport spirituel est loin d’être anodin. En effet, dès que l’on intègre un aspect spirituel à la respiration, on commence à « charger » la pratique. D’ailleurs, au départ, il semble que les asanas (travail de posture) n’était que peu voir pas présent. C’était donc clairement une discipline de l’esprit où l’aspect corporel était assuré par la bonne pratique respiratoire.Toutes les pratiques spirituelles ou religieuses ont une forme ou une autre de pratique respiratoire associée à une forme de méditation (ou de visualisation). Est-ce que tout le monde est arrivé à la même conclusion ou est-ce que tout est influencé par le pranayama, je ne saurais pas dire.

Toujours est-il que cet aspect spirituel est développé par le Dhyana (méditations) et les mantras (chants sacrés). Pour le côté méditatif, la respiration est accompagnée de pleine conscience, concentration ou mouvement. Trois types différents de méditation. La pleine conscience s’attache à se concentrer  sur le fait d’être conscient, sur un objet ou un processus (respiration justement, un son, un mantra, une question…). Néanmoins, cette focalisation ne doit pas empêcher de rester conscient du reste. L’autre forme est la concentration. Dans de cas, le but est de totalement focaliser son attention sur quelque chose, en effaçant le reste. Enfin, la médiation en mouvement, c’est une pratique méditative durant laquelle on effectue des tâches répétitives. La marche respiratoire en est un exemple. Parfois, le mouvement peut être crée par la visualisation. C’est alors le début du mouvement interne en méditation qui est d’ailleurs une expérience qui change la vie.

Les mantras sont un peu différents. Bien que cela mette le cerveau dans un état méditatif, cela à d’autres propriétés. Le mantra oblige à contrôler le souffle. La façon de le prononcer génère des vibrations qui ont un impact sur le corps et l’esprit. Enfin, le mantra a un sens qui permet de conditionner le mental à croire en quelque chose. C’est donc un outil puissant.

Tous ces outils ont permis de passer du pranayama, contrôle du souffle et de la physiologie au pranayama contrôle de l’esprit et de la spiritualité.

La pratique du pranayama

La base du pranayama est le contrôle du souffle. Il y a de nombreuses variations de pratique mais le but est toujours de contrôler le souffle d’une manière ou d’une autre. La base est la respiration abdominale en pranayama ( différent de la respiration naturelle). Ensuite, il y a la respiration yogique (Dirgha pranayama). C’est une respiration en trois parties, ou respiration complète. Là encore, il y a une différence avec la respiration naturelle, en particulier sur l’expiration. Le pranayama propose également des rétentions avec le kumbhaka. Dans ce cas, il y aura une sorte d’apnée en fin d’inspiration et d’expiration. Très connu, le Nadi Shodhana, où on respire tranquillement par le nez en alternant les narines. Nous en avons déjà parlé sur le blog, la respiration Ujjayi.

Il y a évidement plus de variations en fonction des problématiques. Ajouter à cela, il faut considérer le travail de visualisation et de méditation pour rendre la pratique encore plus riche. Néanmoins, il vaut mieux que cela se fasse avec un guide pour ne pas aller trop vite. Il peut y avoir des aspects dangereux mais surtout, ça évite de perdre son temps. En effet, on peut pratiquer longtemps en faisant n’importe quoi, ce qui a surtout pour conséquence de ne servir à rien et de se créer des illusions.

Si vous voulez joindre des exercices  physiques, vous pouvez joindre le pranayama à certaines d’entre elles même si ce ne sont pas des asanas. Quand vous avez compris et senti les effets de la respiration, cela se fera naturellement.

Conclusion

Le pranayama est la première technique de respiration référencée dans l’Histoire. Venue d’Inde, cette pratique a certainement influencé les pratiques spirituelles et religieuses eurasiennes. La pratique du pranayama apporte déjà beaucoup. Néanmoins, elle trouve toute sa richesse en combinaison avec les pratiques spirituelles qu’on lui associe (méditation et visualisation en premier lieu). un point intéressant du pranayama est sa documentation. Les écrits concernant la pratique sont très nombreux. Il y a donc possibilité de saisir de nombreuses subtilités grâce à ces écrits. Pour progresser vite, un bon instructeur peut-être nécessaire mais rapidement, il faut se responsabiliser en écoutant les signaux corporels produits en réponse à la pratique. C’est sans conteste le meilleur guide que vous aurez à disposition.

Enfin, contrairement à une croyance courante, il ne faut pas nécessairement pratiquer des asanas pour pratiquer le pranayama. Les asanas sont par contre un bon moyen d’avoir un corps plus puissant et disponible. C’est donc un avantage de s’y intéresser. Cependant, il n’y a pas forcément d’exclusivité entre pranayama et asanas. D’autres pratiques corporelles peuvent également faire l’affaire.

Aux pratiquants de yoga, est-ce que la pratique du pranayama est centrale pour vous?

A bientôt

Yvan

Si tu as aimé cette article partage le 🙂