Souffle court: un symptôme à reconnaître

biologie, Respiration, science

Le souffle court ou dyspnée est une sensation désagréable de ne pas pouvoir respirer pleinement ou que votre respiration n’apporte pas d’oxygène. La plupart du temps, le souffle court est du ressort du psychologique. A savoir que le stress vient comprimer le corps et vous empêche d’utiliser correctement le diaphragme. Toutefois, il peut arriver que le souffle court soit le signe de quelque chose de plus embêtant et qu’il faille y faire attention. Dans cet article, nous verrons quelques situations où le souffle court doit vous pousser à consulter (un médecin hein…).

L’anxiété provoque le souffle court

L’anxiété est une problématique insidieuse. Elle s’infiltre petit à petit et le corps en souffre de plus en plus. Elle peut conduire au souffle court. La raison est que les muscles inspiratoires se contractent et restreignent la mobilité du diaphragme et leur propre mobilité. Résultat? Votre volume inspiratoire est largement réduit. Vous sentez alors que vous ne prenez plus assez d’air. Les signes de l’anxiété en particulier lors d’une crise sont les suivants. Transpiration, douleur à la poitrine qui peut donner l’impression qu’on va mourir, avoir l’impression de perdre connaissance. Parfois, on peut aussi sentir que l’on a quelque chose coincé dans la gorge.

Dans ce cas, rester calme et accepter ces signes est la chose la plus efficace à faire. N’essayez pas de faire de la respiration naturelle ou abdominale si vous n’êtes pas habitué, cela empirerait les choses. Eventuellement utilisez la respiration explosive pour revenir. Vous pouvez aller voir un psychologue spécialiste des thérapies brèves pour vous aider ensuite. Il y a également des techniques basées sur la respiration pour extraire l’anxiété du corps mais ce n’est pas le sujet ici.

Les allergies une raison régulière d’avoir le souffle court

Pollen, acariens ou autres allergènes peuvent venir vous pourrir la vie. En venant créer une inflammation des voies aériennes, vous allez tousser et vos bronches vont se retrouver comprimer et vous aurez le souffle court. Cela ressemblera à de l’asthme.  En effet, vous aurez du mal à avoir des respirations normales dans ce cas. Les symptômes sont la toux, la poitrine qui se serre, les yeux qui pleurent. Cela peut durer de quelques heures à plusieurs jours.

Après consultation, vous aurez certainement des anti-histaminiques. On vous proposera peut-être aussi une désensibilisation qui visiblement est assez efficace mais très contraignante. D’un point de vue respiration, il y a deux outils à utiliser. Le premier vous aidera à mieux tolérer la crise. En vous habituant à respirer moins et à avoir plus de CO2 dans le sang, vous n’aurez pas cette peur d’étouffer. Deuxième approche, on respirant moins et uniquement par le nez, vos bronches auront tendance à plus se dilater. Des essais cliniques de la méthode Buteyko ont ainsi montré que la technique respiratoire était aussi efficace que des anti-histaminiques sur les asthmatiques.

L’anémie, moins d’oxygène transporté

L’anémie est la diminution du taux d’hémoglobine dans les globules rouges. Il y a plusieurs raisons d’être anémié mais globalement, c’est lié à une diminution du fer qui ne permet plus de synthétiser l’hémoglobine. Cela peut être lié à une carence nutritionnelle ou une difficulté à absorber le fer. En plus de la sensation de souffle court, vous ressentirez de la fatigue, vous aurez l’impression d’être faible et vous serez un peu groggy.

Dans ce cas, pas de miracle, consultation médicale et il vous faudra vous supplémenter en fer. Dans les cas les plus graves, une transfusion peut être nécessaire. D’un point de vue respiratoire, pas trop de solution. Limiter les dégâts serait d’optimiser la fonctionnement de l’hémoglobine restante en utilisant toujours la méthode Buteyko pour aider à la libération de l’oxygène en augmentant le taux de CO2 dans le corps.

Les infections pulmonaires

Souffle court, toux et fièvre? Vous avez probablement attrapé une infection pulmonaire. Peut-être suite à une angine pas/mal soignée? En tous cas, un micro-organisme est passée des voies aériennes au poumon et vous êtes ensuite infecté. Il faut forcément consulter. Il est très possible de perdre un poumon dans l’histoire.

En cas d’infection bactérienne, antibiotique. Si c’est viral, on attend et on boit. Si vous voulez prendre des huiles essentielles ou je ne sais qu’elle autre traitement alternatif, demandez quand même à votre médecin si c’est compatible avec les antibios… Dans le cas des antibiotiques, on suit le traitement jusqu’à la fin sauf si vous souhaitez faire un élevage de bactéries résistantes dans vos poumons.

Dans les deux cas, on pourra utiliser de l’hyperventilation et des apnées pour exciter le système nerveux autonome et produire de l’adrénaline pour accélérer le métabolisme. Ensuite, après la fin de l’infection, reposez vos poumons, respirez lentement et peu.

Le tabac

Je ne vous apprend rien, le tabac conduit facilement au souffle court. En s’accumulant dans vos poumons et dans les bronchioles, le goudron, le tabac et toutes les particules fines contenues dans les cigarettes viennent diminuer les échanges entre le sang et l’air. Le résultat est d’avoir l’impression de ne pas respirer même en inspirant à fond. Quand vous en êtes là, se poser des questions sur le bienfondé de continuer à fumer serait une bonne idée…

Solution? Arrêter de fumer évidemment. Autre solution? Après avoir arrêté de fumer, sur-ventiler les poumons peut permettre d’un peu nettoyer. Pour cela, des respirations comme la respiration rythmique ou le respiration ujjayi peuvent aider. Mais pas de miracle, arrêter de fumer est la solution la plus sûre. C’est d’ailleurs sur ce point que la respiration peut aider le plus. Cela fera l’objet d’un article à part.

L’insuffisance cardiaque

Si vous avez plus de 60 ans et que du jour au lendemain vous avez le souffle court, c’est un motif de consultation assez rapide. Evidemment, si vous étouffez vous irez aux urgences mais si vous êtes globalement attentif et que vous percevez une variation de votre capacité à respirer, consultez rapidement, c’est peut-être une insuffisance cardiaque. 

L’insuffisance cardiaque apparaît quand le muscle cardiaque n’est plus assez fort pour pomper le sang. Résultat, l’oxygénation est moins bonne malgré une ventilation correcte. Ceci est lié à une modification des pressions dans les veines pulmonaires.

Dans ce cas, deux possibilités. Soit le muscle est malade (beaucoup plus rare), soit il y a trop de volume sanguin et vous allez devoir prendre des diurétiques pour diminuer le volume de liquide et soulager le travail du coeur. Dans ce cas, pas de miracle de la respiration malheureusement.

Conclusion

Avoir le souffle court n’est pas quelque chose de normal. Si cela arrive alors que vous n’êtes pas spécialement stressé, c’est qu’il y a un soucis et que vous devez trouver la cause. L’avantage d’avoir une bonne pratique de la respiration est que ces variations seront évidentes de façon très précoce. Il sera donc plus simple de réagir que si vous le sentez quand tout part déjà en vrille.

Il y a d’autres raisons d’avoir le souffle court avec des pathologies types parasitoses, cancer, maladies génétiques mais dans ce cas, il y aura eu d’autres symptômes bien avant le souffle court donc je n’en parlerai pas ici.

Bref, surveillez votre souffle et portez-vous bien!

A bientôt

Yvan 

Si tu as aimé cette article partage le 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *