En ce moment, on parle beaucoup de manque de respirateurs dans les hôpitaux. En effet, ces appareils sont critiques pour gérer les complications liées à l’insuffisance respiratoire aigüe provoquée par le co-vid19. Mais que sont ces respirateurs? Et en règle plus générale, pourquoi, parfois, nous avons besoin d’une ventilation artificielle? C’est ce que nous allons voir dans cet article. Attention cependant, je vais essayer d’être exhaustif dans sur les cas où ce type de ventilation est nécessaire, on ira donc bien plus loin que la simple insuffisance respiratoire.

La ventilation artificielle

 

La ventilation artificielle appelée également respiration artificielle est l’ensemble des techniques que l’on peut voir à la fois dans les premiers secours mais aussi dans les services de réanimation et d’anesthésie qui sert à oxygéner une personne qui ne peut plus le faire elle-même. Le pionnier de ce genre de technique est le Dr. Peter Safar, un américain qui a écrit le livre « ABC of resuscitation », le guide de la ventilation artificielle qui aborde toutes les situations. Le ABC est pour A: voie aérienne (airways), B: respiration (breathing) et C: la circulation (sanguine). En effet, ce sont ces trois fonctions qui peuvent amener à devoir assurer une ventilation artificielle à quelqu’un.

En effet, pour que l’air arrive aux poumons, les voies respiratoires doivent être dégagées. C’est la première condition. Les fausses routes par exemple provoquent ce genre de problème et si la manoeuvre de Heimlich n’est pas suffisante, il va falloir trouver une autre solution pour dégager les voies aériennes.

La deuxième condition est que la respiration puisse se faire. A savoir, si votre cerveau cesse de donner l’ordre de respirer automatiquement (coma par exemple), il va falloir le faire à sa place. Enfin, la troisième condition est que la circulation sanguine se fait bien. En effet, une hémorragie vous tue parce que les tissus ne sont plus alimentés en oxygène.

Le principe global de la ventilation artificielle est qu’une fois qu’on a réglé le A et le C, on va s’attaquer à faire fonctionner la respiration ( B ). Pour cela, on doit faire en sorte que l’air (ou l’oxygène médical) arrive bien aux poumons. Pour cela, il faut mettre une pression positive au niveau des entrées respiratoires. Ainsi, le gaz est propulsé dans les poumons et les fait gonfler. Bien sûr, pour que ça marche, il faut que les entrées d’air soient étanches.

 

Le bouche-à-bouche et/ ou le massage cardiaque

 

La première ventilation artificielle, tout le monde la connait, c’est simplement le bouche-à-bouche et/ou le massage cardiaque. Simple, sans matériel particulier, c’est pourtant bien une ventilation artificielle. En effet, dans ce cas, la respiration ne se fait que grâce à un opérateur externe. Dans ce cas, que se passe-t-il?

Tout d’abord le bouche-à-bouche. On pince le nez de la personne et on applique la bouche contre le bouche de la victime que l’on ouvre en penchant légèrement la tête et on souffle. Alors en fonction des périodes, on montre ça avec un tissu qui protège du contact ou pas, mais l’idée est là. On obstrue les entrées respiratoires et on applique une pression positive pour que l’air rentre. Ceci permet de maintenir une ventilation qui n’est certes pas idéale mais qui est mieux que rien. Notez qu’il existe une version bouche-à-nez si la personne vomit par exemple…

Si l’air ne passe pas après deux ou trois insufflations, c’est soi que vous n’avez pas assez penché la tête, soit qu’il reste un corps étranger coincé dans la gorge. Cherchez donc à élever le menton de la victime. Si ça ne passe toujours pas, inspecter les voies respiratoires. N’hésitez pas à mettre un ou deux doigts dans la bouche de la victime pour retirer un éventuel corps étranger. Si ça ne marche toujours pas, il va falloir faire un équivalent de la manoeuvre de Heimlich.

 

Dans le cas du massage cardiaque, c’est un peu différent. En effet, dans certaines années, les premiers secours se donnent sans bouche-à-bouche simplement via le massage cardiaque. Comment ça marche? Par la compression du thorax, on applique une pression négative et sur le relâchement, l’air va rentrer dans les poumons. Notez que le massage cardiaque peut aider à expulser un élément étranger.

 

La ventilation artificielle mécanique

 

Pour les professionnels, afin d’éviter le bouche-à-bouche, on utilise un ballon auto-remplisseur à valve unidirectionnelle. La valve permet de faire en sorte que l’air ne passe que dans un sens. Le masque permet de rendre étanche l’entrée d’air. Enfin, le ballon reprend sa forme et permet de pomper à chaque fois. En général, ce masque est relié à un accumulateur qui se remplit en oxygène  lors de l’insufflation.

Cet appareil permet d’être activé manuellement par pression sur le ballon ou alors, se brancher à une pompe mécanique. Dans ce cas, on pourra contrôler les gaz, le débit, la fréquence… C’est la ventilation mécanique utilisée en hôpital en particulier dans les services de réanimation. Dans quel cas l’utilise t-on? Lorsque notre système doit être soutenu sur une longue durée parce que notre corps n’est plus capable de respirer seul.  A ce stade, il n’y a plus de problème au niveau des voies aériennes à priori. Par contre, il peut y avoir un soucis dans l’absorption de l’oxygène  ou dans le contrôle du mouvement respiratoire. Typiquement, lors de coma ou si les poumons sont très atteints comme lors d’une infection aigüe .C’est pourquoi il est nécessaire de contrôler la fréquence de la pompe et la composition du gaz que l’on injecte.

La ventilation mécanique contrôlera alors les différents paramètres. Tout d’abord, le volume, la fréquence respiratoire et le rapport temps d’inspiration et d’expiration. Ensuite, le volume d’air inspiré et le taux d’oxygène qu’il contient. Enfin, la pression d’air exercée sur les poumons. Le respirateur est également capable de se déclencher lorsque la personne essaie d »inspirer si elle le peut. Evidemment, ceci doit être contrôlé et le patient est donc monitoré  (saturation en oxygène…) qui permettent de régler correctement la ventilation mécanique.

 

Conclusion

 

La ventilation artificielle est l’ensemble des méthodes qui permettent de suppléer une impossibilité de respirer pour une personne. Comme on peut le voir, il ne s’agit pas forcément que d’un gros appareillage mais aussi de geste de premiers secours. Je vous recommande d’ailleurs de vous y former, c’est extrêmement important de savoir les faire. Je vous renvoie pour cela sur le site de la croix rouge par exemple.

J’espère que cet article vous a été utile et je vous dis à bientôt!

Yvan

 

Instagram
Telegram