Être capable de tenir longtemps une expiration est assez intéressant pour plusieurs raisons. On stimule le parasympathique plus longtemps et on entraîne la chaîne respiratoire, les muscles transverses en particulier.  La technique que je vais présenter aujourd’hui est intéressante pour ces deux points. De plus, elle va vous permettre de dissocier les muscles inspiratoires avec les muscles de la bouche, ce qui est très utile pour des pratiques telles que la respiration d’ancrage. La technique que l’on va voir aujourd’hui est la respiration circulaire, bien connue des joueurs d’instruments à vent. A quoi sert-elle, comment la faire, c’est ce que nous allons voir ici!

 

 

 

 

La respiration circulaire, une technique utilisée dans la pratique des instruments à vents

 

 

 

Dans cette vidéo, on voit un aborigène jouer du didgeridoo. Un instrument à vents nécessitant une expiration constante, puisqu’il n’y a jamais de temps de pause dans la pratique de cet instrument. Par conséquent, impossible d’arrêter de souffler pour reprendre son souffle. Comment ce musicien parvient-il à tenir l’expiration? Par la respiration circulaire. Si vous observez bien la vidéo, vous verrez qu’à certain moment, il inspire fort par le nez alors que qu’il parvient tout de même à souffler.

Essayer d’expirer en inspirant. Impossible n’est-ce pas? Regardez bien comment il s’y prend, il gonfle en fait ses joues avant de faire cette forte inspiration. Résultat, il a une réserve d’air dans la bouche qu’il peut expirer pendant qu’il reprend sa respiration.

On retrouve d’ailleurs cette technique chez les trompettistes ou autres pratiquants d’instruments à vent.

 

Comment réaliser cette respiration circulaire?

 

  • Pour commencer, gonfler vos joues et fermer la bouche
  • Ensuite, dans cette position, inspirez par le nez
  • Puis expirez l’air par la bouche en maintenant les joues gonflées
  • Lorsque vous devez inspirez par le nez, laisser les joues se dégonfler (cela doit pouvoir prendre entre 3 et 5 secondes) en contrôlant avec les muscles de la bouche.
  • Vos poumons étant pleins, regonfler les joues pour pouvoir recommencer.

 

A terme, essayez de tenir le plus longtemps possible l’expiration ou alors une note si vous jouez d’un instrument. Le record du monde homologué est de plus de 45 minutes d’affilées…

Comment et pourquoi s’entraîner à cette pratique?

 

A priori, si vous ne jouez pas d’un instrument à vent, vous ne verrez pas spécialement l’intérêt de cette respiration. Pourtant, il y a deux avantages à la faire. Le premier, voyez le comme un exercice physique. Cela développera vos muscles mais aussi votre contrôle de la respiration et son automatisation. Ensuite, vous allez passer énormément à travailler votre expiration. Ceci aura un effet apaisant, à l’image du ohm tenu longtemps pendant certaines méditations ou l’expiration est plus longue que l’inspiration.

Pour pratiquer, une paille, un sifflet peuvent être intéressant. Ce qui l’est encore plus est de se procurer un spiromètre. L’idée étant d’être capable de maintenir un certain débit d’air qui restera constant. D’ailleurs, un spiromètre est intéressant si vous voulez avoir une pratique intense de la respiration. Avec un spiromètre, trouver un débit d’air que vous trouvez confortable. Ensuite, essayer de maintenir ce débit sur 3 à 4 minutes sans aucune variation. Petit à petit augmenter le débit.

 

Conclusion

 

La respiration circulaire est une respiration venant de la musique. Nous avons déjà vu l’intérêt de la respiration pour le chant. Néanmoins, elle amène une façon intéressante de travailler et peu également servir à se détendre. Essayez-la de temps en temps, cherchez à la tenir de plus en plus longtemps et votre respiration s’améliorera fortement. D’ailleurs, si vous souhaitez savoir ou vous en êtes de votre respiration, pensez à faire le test!

 

A bientôt

 

Yvan

 

 

Instagram
Telegram