Pourquoi du travail physique lors de mes cours de respiration en ligne?

Comprendre la pratique, Respiration

Voilà bientôt six mois que je propose des cours en ligne et que ma méthode de travail est donc concrètement visible. Or, beaucoup ont été surpris de la présence relativement importante du travail physique dans ces cours. Je dois bien dire que c’est à raison puisque effectivement, j’utilise le travail physique de façon relativement importante dans mes cours. Ou plutôt, dans la première phase de mes cours. Pourtant, quand on pense cours de respiration, on pense à un moment de détente. Moment passé couché sur un tapis de sol ou au pire assis. Pourtant, dans mes cours, Je sollicite beaucoup le travail physique. Pourquoi? C’est ce dont je avis parler dans cet article.

Revenons à la base, qu’est-ce que respirer?

 

Respirer, c’est avant tout un mouvement physique. c’est la base. Si vous arrêtez le mouvement physique, vous arrêtez de respirer. C’est tout simple. J’ai déjà écrit un article sur le diaphragme et ses influences. Je vous invite à le (re)lire si vous voulez aller plus en profondeur. Mais pour faire simple, votre diaphragme est lié mécaniquement au gros de votre structure corporelle. Par conséquent, quand vous respirez, c’est l’ensemble de votre corps qui bouge.

Une bonne respiration implique donc que le corps bouge avec le mouvement respiratoire. Le problème, c’est qu’un corps peu mobile va en retour limiter le mouvement respiratoire. Il est donc illusoire de penser qu’une bonne respiration peut se faire indépendamment d’un corps fonctionnel. Le travail physique est donc indispensable au travail respiratoire si on veut avoir une pratique efficace.

 

Quel type de travail physique pour la pratique respiratoire?

 

En fait, le but du jeu n’est pas forcément de faire des choses extraordinaire en terme de travail physique. De même, certains exercices ne seront pas adaptés au travail que l’on recherche. Il faut donc distinguer deux types de travail physique nécessaires pour bien développer la respiration. Ces deux approches vont viser soit la création d’espace dans le corps soit la synchronicité entre respiration et mouvements physiques.

Dans le premier cas, on va chercher à étirer et créer de l’espace dans le corps pour que le diaphragme puisse descendre le plus librement possible. Le but va être d’étirer, de masser, de mettre de la pression sur les tensions internes et externes. Dans le cadre des cours, on ne va pas faire une session de pilates ou de yoga. Le but est de cibler spécifiquement les liens entre diaphragme et le reste du corps. On va donc avoir un travail beaucoup plus interne que ce que l’on peut voir habituellement.

Dans le deuxième cas, on va clairement être sur du renforcement et une forme de psychomotricité. Le but va être de renforcer le diaphragme et les muscles respiratoires en général d’un côté. De l’autre, on va faire en sorte de rééquilibrer l’interaction entre respiration et effort physique. L’objectif est de pouvoir respirer dans l’action sans être gêné par notre corps. En corollaire, on va apprendre à éviter que notre respiration nous gêne dans l’action. Et pour ça, ben il faut être en action… Donc forcer un peu. Beaucoup qui pratiquent d’autres systèmes de respirations se retrouvent surpris à ne plus savoir respirer dès qu’on ajoute une contrainte liée au travail physique (et je ne parle même pas de l’émotionnel). Or, quel est l’intérêt de ne bien respirer que quand il n’y a pas de problèmes? La respiration doit être efficace en permanence!

 

Pas une séance de relaxation mais pas une séance de fitness!

 

Ainsi, les cours de respiration peuvent faire un peu transpirer. Néanmoins, on est loin d’une séance de fitness! En fait, le but de ce travail physique n’est pas de développer notre système cardio-vasculaire ou nos muscles (excepté les muscles respiratoires). Il ne faut donc pas espérer substituer une vraie séance de sport avec ce travail. Pire, à terme, ce travail ne vous fatiguera plus parce que vous aurez appris à ne pas lutter contre vous-même lorsque vous respirez!

En fait, il faut être très progressif. Le but n’est pas de craquer physiquement mais de se mettre assez en difficulté pour que notre respiration soit gênée. Pas plus pas mois. Donc tout le monde peut le faire. Mieux, moins vous êtes physiquement forts, plus vous serez rapidement dans le travail respiratoire puisqu’il en faudra peu pour vous mettre en difficulté!

Donc ne soyez pas effrayés par des images de cours de cross-fit ou de contorsionisme, nous sommes très loin de ce genre de pratiques et si vous souhaitez faire ce genre de pratiques, les cours de respiration ne peuvent pas les remplacer!

 

Et c’est comme ça à tous les cours?

 

Est-ce que le physique est donc présent à tous les cours? Au départ oui. Parce que tant que l’outil n’est pas bon, on ne pourra rien faire de vraiment intéressant. Tous mes élèves après simplement cette phase physique dépassent facilement la minute trente d’apnée sans jamais l’avoir travaillée spécifiquement. On va donc développer un outil puissant pour faire le travail vraiment intéressant.

Ensuite, ça se calmera un peu et ce sera de l’entretien pour que la machine reste fonctionnelle. Les cours sont alors plus calmes pour le corps (mais pas forcément pour le mental…). Clairement, le travail intéressant n’est faisable qu’à ce stade. Sinon, le mieux qu’on puisse toucher est un bien-être très éphémère pendant la séance. Vous me direz, c’est déjà ça.

La progression que je propose est donc la suivante, au départ, du travail physique pour pouvoir respirer correctement. Ensuite, un travail sur les effets physiologiques de la respiration. Enfin, seulement après cela, un travail sur la conscience et les émotions. Voilà pourquoi de vrais changements peuvent s’opérer avec le travail respiratoire.

 

Conclusion

Le travail physique proposer dans mes cours de respiration est donc un élément clé de la progression. Loin d’être inaccessible, il donnera la base forte nécessaire pour rentrer dans un travail profond de qualité. Ne pas faire cela, c’est un peu comme partir en randonnée en tongs. On n’ira pas dans des endroits magnifiques mais peu accessibles.

En fait, c’est ce travail là qui déterminera si votre pratique de la respiration sera une pratique de bien-être momentané ou une pratique qui vous changera en profondeur. Séparer la respiration du travail corporel ne donnera qu’une image. Image qui se brisera à la moindre contrainte comme beaucoup peuvent s’en apercevoir après des années de pratique.

Enfin, c’est par cette voie que l’on pourra commencer à s’intéresser à une forme ultra-efficace de « préparation mentale » qui fera l’objet d’un prochain article!

Si vous voulez me rejoindre pour suivre les cours régulier ça se passe sur cette page!

 

A bientôt

 

Yvan

 

PS: je viens de lancer une chaîne telegram gratuite dans laquelle je partagerais infos, astuces, challenges! Pour la rejoindre c’est ici: t.me/artdelarespiration

 

 

 

 

 

 

Si tu as aimé cette article partage le 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.