Respiration complète: le retour d’une respiration naturelle

Respiration, technique respiratoire

Premier article technique, première technique ô combien importante, la respiration complète!

La respiration complète ou respiration naturelle est LA respiration de base. Maîtrisez cette respiration et toutes les portes des techniques respiratoires vous seront grandes ouvertes. De plus, cette maîtrise changera concrètement votre vie puisque votre attitude face aux stress et votre posture corporelle seront profondément changés (en Bien!). C’est ce que nous allons voir dans cet article.

Respiration complète
La respiration complète: la respiration du nouveau-né

Respiration complète?

La respiration complète est le premier mouvement respiratoire à acquérir.  Ou plutôt réaquérir puisque c’est le mouvement que l’on observe chez les bébés:

Attention, ce n’est pas la fameuse respiration abdominale ou diaphragmatique. La respiration naturelle est basée sur un relâchement total. Relâchement que le stress ou les différentes blessures corporelles que l’on accumule au cours de la vie réduit de plus en plus. Pourquoi travailler cette respiration? Parce que l’installer signifie relâcher l’ensemble de votre chaîne respiratoire. Or, comme nous le verrons, la chaîne respiratoire est liée à la plupart de nos structures corporelle. Par la diaphragme évidemment mais pas que.

Cette respiration permet également chez l’adulte d’avoir un rythme d’apport en oxygène optimal. Elle vous rapprochera du temps respiratoire conseillé lors de la cohérence cardiaque par exemple et ceci sans que vous ayez besoin d’y penser.

Enfin, cette respiration développera votre capacité à utiliser l’ensemble de votre chaîne respiratoire, condition obligatoire pour bien réaliser les autres techniques respiratoires facilement. En effet, toutes les autres techniques respiratoires utiliseront une partie de cette chaîne ou l’intégralité de la chaîne respiratoire. En plus, elles profiteront du travail de relâchement musculaire que vous effectuez lors de la pratique de la respiration naturelle.

Exécution de la respiration naturelle

Le principe de cette respiration est simple : solliciter l’intégralité de la chaîne respiratoire tout en libérant les points de blocage qui gênerait la respiration. On utilisera donc l’ensemble de l’abdomen, l’ensemble de la cage thoracique et enfin la ceinture scapulaire. Lorsque la respiration est bien en place, on sent même que le mouvement respiratoire vient connecter le plexus cervical.

Pour s’entraîner à la respiration naturelle, faîtes l’exercice suivant:

  • S’allonger sur le dos, le plus détendu possible. Prêtez attention en particulier à la région lombaire.
  • Inspirez par le nez, expirez par la bouche. Plus tard, il sera plus intéressant de le faire uniquement par le nez.
  • Posez une main sur votre abdomen, l’autre sur les flancs. A chaque respiration, vérifiez que vos mains sont repoussées en même temps et que vos lombaires se plaquent au sol.
  • Lorsque vous y arrivez, passez la main de l’abdomen sur les côtes. Sur l’inspiration, les côtes devront se « gonfler » après l’ensemble de l’abdomen.
  • Lorsque c’est bon, passez la main des flancs sur la clavicule opposée. Vous devez la sentir s’ouvrir après l’étape côtes.
  • Cherchez enfin à avoir une respiration complète en ayant une fluidité tout au long de l’inspiration et de l’expiration. L’expiration se fait également de l’abdomen vers les clavicules.
  • Lorsque vous êtes à l’aise, essayer de créer une vague corporelle avec le mouvement respiratoire. Essayez ensuite de suivre ce mouvement et de vous laisser emporter par lui.

Et voilà, c’est tout ! Mais ce n’est pas nécessairement facile. Souvent, au début, on n’arrive pas jusqu’à l’étape clavicule. La raison est que l’on force trop la prise d’air, créant des tensions empêchant la chaîne respiratoire d’être sollicitée dans son ensemble. Efforcez-vous de vous détendre pendant que vous inspirez. Dès que vous sentez un blocage, expirez en relâchant la zone, puis recommencez l’inspiration. Il faut quelques mois pour intégrer cette respiration naturellement.

Si vous pouvez trouver un partenaire, demandez lui de poser les mains à votre place pour pouvoir vous focaliser encore plus sur votre détente. Petite astuce pour vous aider, cherchez à viser le plancher pelvien avec votre inspiration. Visualisez ensuite que vous vous remplissez comme un ballon. Cette ajout technique peut aider à mieux gérer le passage d’une zone à l’autre de la chaîne respiratoire.

Votre prochaine respiration naturelle

L’objectif est que votre respiration complète deviennent votre prochaine respiration naturelle. Il faut compter deux à trois mois en s’y entraînant régulièrement. A court terme, votre posture sera plus érigée, vos mouvements plus fluides et votre corps sera moins tendu. De plus, mentalement, vous serez beaucoup moins soumis aux variations d’humeur. A moyen terme, vous identifierez plus facilement les tensions corporelles puisqu’elles vous gêneront pour respirer et vous serez à même de les faire partir avant qu’elles soient trop installées.

La raison pour cela est assez simple. En musclant et synchronisant les muscles de la chaîne respiratoire, vous allez d’abord modifier vos schémas moteurs. Vous pourrez vous appuyer sur cet axe musculaire central et ainsi répartir différemment les forces dans votre corps, diminuant les tensions locales. D’un point de vue émotionnel, la plupart des émotions viennent se loger dans la chaîne profonde. Quand cette chaîne est puissante, on est moins perturbé par ces émotions et la respiration permet de les nettoyer en permanence. Votre corps apprendra également à ne pas accepter les tensions se loger pour un temps long.

Cet outil là en place, vous pourrez réellement vous intéresser au reste pour que votre respiration deviennent votre interface de contrôle de votre physiologie. Tout un programme! N’hésitez pas à télécharger mon livre numérique gratuit, huit exercices pour travailler la respiration naturelle en cliquant en haut de votre écran sur le lien. Vous y trouverez plusieurs exercices pour vous entraîner à cette respiration.

N’hésitez pas à laisser vos impressions sur cette respiration en commentaires et à partager cet article à tous ceux qui pourraient profiter de la respiration complète!

A bientôt

Yvan

Si tu as aimé cette article partage le 🙂

9 réponses sur “Respiration complète: le retour d’une respiration naturelle”

  1. Bonjour Yvan,

    Un grand merci pour votre site , clair et généreux !

    une question svp, quelle différence faites-vous entre ventiler et respirer (cf la methode Buteyko) , vous l’évoquez mais sans l’expliciter.

    Merci à vous,

    Marie

  2. merci pour vos articles clairs et précis
    je suis praticienne de shiatsu et je donne des cours de Do In depuis peu, l’apprentissage de la respiration complète et abdominale de la relaxation corporelle sont reliés au Do In
    je parlerai de votre site aux personnes qui suivent les cours
    je me permettrai de reprendre quelques exercices (après les avoir tester et compris de l’intérieur)

    1. Merci pour votre retour!
      N’hésitez pas à utiliser ce que vous voulez et si besoin à poser vos questions pour des précisions 🙂

  3. Salut Yvan,

    Quand je m’exerce j’ai tendance à faire un « petit » effort pour pousser les lombaires au sol.
    Est-ce qu’un minimum de tension est normal ou faut-il théoriquement que cela se fasse sans tension même relativement légère ?

    Merci pour l’article, bien complet comme toujours.

    Maxime

  4. Bonjour.
    Merci pour vos articles très intéressants, pour la clarté et l’étendue des informations que vous partagez.
    J’ai lu, au sujet de la respiration, dans des livre de yoga écrits par André VAN LYSEBETH, qu’une bonne « mécanique » respiratoire ne doit pas laisser la partie sous-ombilicale du ventre sortir, que cette partie du ventre doit être bien maintenue, en gros, que le ventre ne doit pas gonfler « comme un ballon ». Il parle de respiration avec contrôle de la sangle abdominale puis explique les conséquences fâcheuses du gonfler le ventre « comme un ballon », et les avantages du contrôle de la sangle abdominale.
    Notamment dans votre pratique du systema, ou ailleurs, avez-vous reçu quelques indications sur la façon de faire à ce niveau là avec vos instructeurs ?
    Comme ça, en testant les deux façons de faire, je note une différence, notamment au niveau du plancher pelvien/sphincter anal, qui doit rester de façon plus marquée en « position fermée » lorsque je maintiens le bas-ventre légèrement plaqué contre la colonne, tandis que si je veux « gonfler » le ventre je dois laisser cette zone se détendre.
    J’ai lu que les arts martiaux orientaux avaient des enseignements qui portaient sur cette zone du corps, que fermer l’anus permettait de faire face à une situation stressante, que cela donne du « courage au ventre » et dans d’autres textes, type tai-chi je crois, qu’il faut garder cette zone détendue…
    C’est pour cela que toute information ou explication venant de vous m’intéresse.
    Merci.

    1. Bonjour Polo et merci pour ce message très constructif.

      En fait, je suis assez d’accord avec cette idée de maintenir un contrôle abdominal tant que cela n’entraîne pas de tension. C’est le cas normalement de la respiration naturelle qui quand elle est ancrée et inconsciente ne fait quasiment pas bouger le ventre justement parce que la compression par le diaphragme des viscères prend aussi de l’espace dans les flancs et les lombaires.
      Gonfler le ventre sur l’inspiration n’est vraiment pas bon d’un point de vue mécanique puisqu’on va mettre beaucoup de poids sur la zone lombaire qui dans le même temps va être moins forte.

      Par contre, à mon sens, tout ce qui est contrôle musculaire actif de la respiration n’est pas une bonne idée pour en faire la respiration de base. Evidemment c’est intéressant dans des cas particuliers. La seule tension acceptable dans la zone est celle liée à un tonus musculaire, pas un contrôle. C’est également comme ça dans les arts martiaux que je pratique que les frappes dans cette zone ne pénètrent pas.

      J’espère avoir répondu à votre question!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.