Nous allons parler ici de la respiration et du sportif. Le travail de la respiration adresse de multiples problématiques de part ses effets sur l’ensemble des processus physiologiques et corporels. Parmi ces problématiques, il y en a une qui est la performance sportive. Certaines écoles de respiration s’en sont faits une spécialité telle que oxygen advantage par exemple. L’amélioration des performances sportives sont particulièrement importantes. Moi-même ayant entraîné des footballeurs professionnels, j’ai pu observé des résultats phénoménaux sur l’augmentation de sa VO2max et de son seuil anaérobie.

Malheureusement, la respiration n’étant que peu prise en considération dans la performance sportive, parfois, il y a des observations incroyables. Parmi elles, l’étude de l’université de Kent qui fait l’objet de ce billet et qui a montré que trois footballeurs professionnels sur 10 présentent un déficit respiratoire.

Une découverte issue d’une thèse de doctorat!

La respiration est souvent considérée comme la dernière roue du carrosse de la préparation sportive. Pourtant, arrêtez de respirer une minute pendant que vous faîtes du sport pour voir ce qui se passe… La respiration est la base d’une bonne pratique sportive. Pourtant, elle n’est quasiment pas étudiée. Dans une étude faîte par une étudiante en thèse de l’université de Kent en Angleterre, l’importance de la respiration et sa sous-évaluation dans la pratique sportive de haut-niveau a été mise en évidence. Le fait que ce soit une thèse qui montre cela est révélateur, une thèse étant par nature (normalement…) exploratoire, cela montre que la respiration n’est pas mainstream dans la recherche académique sur le sport.

Dans sa thèse, Anna Jackson s’est intéressée à l’asthme et à son traitement chez les sportifs (ce qui est le coeur du programme de Buteyko et par Oxygen advantage en particulier). Pour faire cela, il a fallu qu’elle établisse un protocole de détection de ces problématiques.

Une étude faîte sur des footballeurs durant la pré-saison

Lors de la pré-saison, les footballeurs travaillent leur physique et subissent une batterie de test pour évaluer leur état athlétique. C’était donc un bon moment pour évaluer la respiration de ces sportifs. En faisant cela, ils ont identifié parmi les dix clubs professionnels étudiés, 97 footballeurs avec des problèmes respiratoires, soit 3 sur 10!!! Ceci semble incroyable à ce niveau de professionnalisation. Le nombre est tellement important qu’après cela, des recommandations pour évaluer spécifiquement la santé des poumons et du système respiratoire au même titre que les problèmes cardiaques ont été suggérés à faire en routine. En particulier, ces sportifs étaient atteints asthme induit par l’exercice. Cet asthme ce manifeste par de la toux ou de la fatigue. Les chercheurs ont ensuite montré que ces symptômes étaient interprétés par les coaches comme étant dûs à une forme physique insuffisante ou à une tendance à toujours être malade.

L’asthme induite par l’exercice sportif

En fait, ce type d’asthme peut être déclenché par de l’exercice trop intense. Cela se manifestera par de la toux et une faible endurance. Ce qui est intéressant également, c’est que parmi la plupart des sportifs, aucun antécédent d’asthme n’a été enregistré. Alors pourquoi ce type de problèmes? Pour information, les joueurs en question ont été traités par médicaments et cela a rétabli la situation et augmenté évidemment leur performance physique. Mais creusons un peu et souvenons-nous de la théorie de Buteyko: nous avons tendance à trop respirer. Lorsque nous respirons trop, les muscles étouffent puisqu’ils ne peuvent pas accumuler assez de CO2 permettant le larguage de l’O2. Que se passe-t-il si la respiration n’est pas bonne, en particulier lors d’exercices intenses? L’athlète va sur-ventiler. 

Or, d’après Buteyko, l’asthme (note de moi-même, au moins dans certains cas) est causé par le corps qui cherche à limiter la ventilation en générant une constriction des bronches pour accumuler du CO2 dans le sang. Ainsi, de l’exercice intense provoquera selon cette logique de l’asthme. Cela semble particulièrement vrai pour ceux qui n’avaient aucun antécédent. 

Cet asthme peut montrer autre chose. Ceci est plus spéculatif mais semble cohérent également. Si l’asthme est dû à une mauvaise respiration, cela signifie aussi des problèmes au niveau des muscles respiratoires et de la chaîne respiratoire dans son ensemble. Si c’est le cas, cela veut aussi dire qu’il y aura des problèmatiques structurelles (par exemple plus de blessures) chez des joueurs de ce type. En effet, la chaîne respiratoire permet une meilleure gestion des chocs…

Quelles solutions à ce type d’asthme du sportif?

Dans cette étude, les joueurs ont été prise en charge avec un traitement classique de l’asthme. Pourtant, il pourrait y avoir d’autres solutions. Par exemple, s’entraîner à ne respirer qu’avec le nez. Faire des apnées respiratoires volontaires pendant l’exercice. Essayer d’allonger les temps respiratoires… Utiliser des motifs respiratoires spéciaux C’est globalement la stratégie que j’ai utilisé pour améliorer les performances de mes joueurs. C’est également la logique d’oxygen advantage par exemple. 

Par contre, il semble aussi important de venir s’intéresser à la mécanique respiratoire des athlètes malades mais aussi en général. En effet, la façon dont les gens respirent, change la structure corporelle et la répartition des contraintes physiques sur le corps. En travaillant dessus, on peut donc énormément travailler à l’augmentation des performances de l’athlète.

Conclusion

Il est intéressant de voir que même chez les sportifs de haut niveau, la détection de problèmes respiratoires ne se fait pas vraiment. A noter, malgré ces problèmes, les joueurs ont réussi à devenir professionnels. Autant dire que leur potentiel en libérant leur respiration est énorme… De même, les athlètes en général bénéficieraient d’un vrai entraînement à la respiration. 

Et vous, avez vous de l’asthme qui se déclenche uniquement à l’effort? Alors peut-être qu’une solution serait de changer votre manière de respirer, ce que nous proposons dans REBO2T 🙂

A bientôt

Yvan

 

 

Référence : La présentation de l’étude

Instagram
Telegram