Les états modifiés de conscience

bien-être, Comprendre la pratique, émotions, Respiration, respiration cyclique, Technique psycho-corporelle

Les états modifiés de conscience sont des états qui fascinent, attirent, inquiètent et qui peuvent avoir de grandes conséquences. Qu’elles soient positives ou négatives d’ailleurs.Elles sont parties intégrantes de la plupart des traditions sérieuses. Les moyens de les atteindre sont divers et variés. Elles permettent de travailler sur différents aspects de notre personne avec une distance difficile à avoir sinon et en laissant également le corps être autonome. Il peut également se passer des évènements plus étranges.

Dans cet article, je vais aborder ce sujet, expliquer ce que l’on sait de ces états et les précautions pour rendre ce travail sans risque. Pour les travailler, je ne passerai que par du travail respiratoire associé parfois à de la visualisation ou des rythmes.

Les états modifiés de conscience

 

Les états modifiés de conscience semblent être une constante dans l’histoire de l’humanité. Des chamans aux junkies, des moine aux derviches tourneurs, des yogis aux guerriers, tous vont chercher des états modifiés de conscience. Pourquoi? Parce qu’ils permettent d’aller au-delà de nos sens physiques, au-delà de nos limites physiques. Où allons nous dans ces cas? Là c’est beaucoup plus compliqué… Tous les états modifiés de conscience ne mènent visiblement pas à la même chose.

Mais que savons-nous des états modifiés de conscience?

Déjà, il n’y a pas un état modifié de conscience. Il y a un  continuum d’états modifiés de conscience. Cela peut aller d’un simple état d’attention à des hallucinations ou des transes. En fonction de l’état, il va y avoir des manifestations différentes et des utilisations différentes. A quoi sont liés ces différents états? Il semblerait qu’il y ait un lien avec les fréquences cérébrales.

Rapidement, il faut savoir que le cerveau lors de son fonctionnement tourne à différentes fréquences. A l’état normal, le cerveau tourne entre 12 et 30 Hz (beta). Lors d’une activité mentale intense, il passe à 40 Hz (gamma). A l’inverse, lorsqu’on est au calme, la fréquence baisse entre 8 et 12 Hz (theta). Les états méditatifs et les états modifiés de conscience font passer entre 4 et 8 Hz. Enfin le sommeil fait passer en dessous de 4 Hz (alpha). Il est assez facile de vérifier cela avec des appareils comme le muse.

Ces changements de fréquence semblent impacter la façon dont le cerveau perçoit le monde et les informations. Les interactions avec le corps changent également. Plus la fréquence est basse, moins le corps est géré par le cerveau conscient. Moins le corps est géré par le cerveau, plus il se passe des choses étonnantes.

 

Le corps en état modifié de conscience

En état modifié de conscience, le corps retrouve de l’autonomie. La conséquence? Il peut changer certaines programmations et détendre des structures que vous gardez en tension lorsque vous êtes conscients. Cela peut paraître étrange mais  sans partir dans du bizarre, c’est ce qu’il se passe quand vous êtes chez certains ostéopathes. Ils vont à peine vous toucher et pendant que vous ne faîtes rien, votre corps se repositionne bien tout seul.

Ce genre de chose peut également se passer dans de bons exercices de méditation où votre mental sera focalisé sur autre chose et votre corps commencera à avoir des réactions autonomes. Parfois, vous remarquerez que certaines douleurs ont disparu ou que vous vous tenez mieux. Vous pouvez aussi simplement remarquer que votre corps est plus détendu.

Comment utiliser la respiration pour cela? Le plus soft est d’utiliser des respirations guidées. Je prévois d’ailleurs de créer une compilation de respirations guidées pour cela. L’autre solution est de venir sur les respirations cycliques qui vont donner naturellement au corps un mouvement que ce dernier exploitera. Les résultats que j’obtiens jusqu’ici sont bluffants…

 

La conscience dans ces états modifiés

A ce stade, on rentre dans le bizarre. Lorsque je guide des états modifiés de conscience par un protocole respiratoire que j’ai mis au point, il se passe toujours la même chose. D’abord, cet état modifié de conscience crées des mouvements corporels étranges qui provoquent des changements comme expliqué précédemment. Toutefois, ils peuvent amener à des expériences étonnantes. Accès à de l’information que l’on est pas sensé avoir, discussion avec des êtres mythologiques ou avec des défunts. Là aussi, les résultats m’étonnent de plus en plus. Et ils font poser beaucoup de questions.

Pour quel effet? Il semble qu’il soit possible à la fois d’évacuer des traumatismes (deuil par exemple de mon expérience) mais également avoir des idées géniales ou des intuitions pour des choses aussi terre à terre qu’une campagne de communication!

Cependant, il existe des états de conscience modifiée bien moins importants mais qui provoquent également de grands effets. J’amène les gens en état modifié de conscience par la respiration. Toutefois, certains exercices de méditation peuvent profondément modifier nos schémas de pensée par exemple. L’hypnose ou la sophrologie également. La limite, vous dépendez d’un guidage plus directif du thérapeute.

 

Dans quel cas pratiquer les états modifiés de conscience?

 

Pourquoi chercher les états modifiés de conscience? Parfois, simplement faire un pas en arrière pour observer la situation, comme en méditation de pleine conscience. D’autres fois, pour être plus créatif, inventif… On peut également les utiliser pour évacuer un trop plein d’émotions.

Cependant, là où l’outil est très puissant, c’est d’un point de vue introspectif. Les états modifiés de conscience font partie de nous et de ce que nous pouvons être. Apprendre à y évoluer est donc intéressant et donne accès à des choses que nous ne remarquons pas d’habitude. Cela peut aussi permettre de soulager le corps en le laissant s’auto-réparer.

Bref, les raisons de tester les états modifiés de conscience sont nombreux. Plusieurs points d’attention néanmoins. Le premier, ne pas faire cela pour s’échapper du quotidien. Si vous êtes tentés par cela, pratiquez plutôt des respirations qui vont vous stabiliser dans votre quotidien, qui peut être difficile malgré tout. Être stable avant de pratiquer ce genre de techniques me semble important. D’ailleurs, je ne le pratique pas avec des gens qui ont trop de choses à régler. Cela ne doit pas devenir une drogue. En parlant de drogues, je ne suis pas pour utiliser des psychotropes pour y accéder. Il y a de nombreuses raisons, dont certaines pratiques, mais la principale est que le procédé pour parvenir à ces états est constructeur en soi.

Enfin, dernier point, plutôt technique, je ne suis pas pour les hyperventilations pour atteindre cet état. De ce que j’ai expérimenté, l’expérience est bien plus intéressante quand le cerveau est lucide que quand il est en hypoxie. Des approches moins agressives pour le cerveau existe pour se mettre en « transe ».

 

Conclusion

Les états modifiés de conscience peuvent amener de nombreux phénomènes intéressants. Certains sont incroyables tant qu’ils n’ont pas été vécu donc je ne m’étendrai pas sur les expériences qui m’ont été décrites. Néanmoins, ce sont des pratiques qui nécessitent une stabilité émotionnelle. Travailler là-dessus me semble important avant d’attaquer des expériences plus intenses. Nous verrons cela avec les cours en ligne où nous travaillerons cela après le travail de fond.

Le travail émotionnel et le travail sur le corps sont paradoxalement les meilleurs moyens pour moi d’être à l’aise pour aborder ces pratiques. Ce sera d’ailleurs la thématique du stage que je donnerai sur les émotions mi-novembre à Toulouse.

J’espère que cet article a piqué votre curiosité pour ces états modifiés de conscience et que cela vous a donné envie de vivre cette expérience. Si certains qui l’ont vécu avec moi veulent en parler, c’est dans les commentaires 😉

 

A bientôt

 

Yvan

Si tu as aimé cette article partage le 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.