Connaissez-vous l’apnée de l’email?

Respiration, stress

Notre mode de vie nous fait globalement passer de plus en plus de temps devant les écrans. Ce n’est pas anodin pour des organismes qui ont évolué plusieurs centaines de milliers d’années sans eux. Notre physiologie n’est pas programmée pour ça entraînant des bugs. Nous avons déjà parlé des micro-apnées. Vous avez sans doute aussi entendu parler des apnées du sommeil. Mais connaissez-vous l’apnée de l’email? Non? Pourtant, il est probable que vous la subissiez et que cela influe sur votre état de stress au travail!

L’apnée de l’email? Une micro-apnée en pire!

L’apnée de l’email (ou apnée de l’écran) est un terme assez récent (normal). Il a été utilisé pour la première fois par Linda Stone, chercheuse américaine, écrivaine et ancien employé d’Apple et Microsoft. En portant bêtement un appareil pour suivre sa variation cardiaque, elle s’est rendue compte qu’à certains moment, son coeur partait en vrille.

Travaillant la plupart du temps devant un ordinateur, elle a corrélé cette variation aux moments où elle lisait des emails. Intéressée par ce phénomène, elle a décidé de mener une petite étude sur le sujet. Pour tester son hypothèse, pendant plusieurs mois, elle a observé des travailleurs devant leur écran et s’est amusée à mesurer le taux de variation cardiaque de ces personnes lorsqu’elles étaient en face des écrans. De ces observations, elle a pu voir l’apparition d’une très mauvaise tendance, celle d’arrêter de respirer lorsqu’ils lisaient des emails ou qu’ils en écrivaient. De même, elle a pu s’apercevoir que le même phénomène avait lieu lorsque nous lisions des sms ou que nous en envoyions.

Or, comme nous l’avons vu pour les micro-apnées, elles sont mauvaises pour la santé. Cependant, ici c’est encore pire! En effet, une apnée non contrôlée entraîne de sérieux problèmes lorsque c’est chronique. C’est ce que les Dr. Margaret Chesney et Dr. David Anderson du National Institute of Health (NIH) ont montré. Les apnées inconscientes provoquent une rupture dans la balance oxygène, CO2, des problèmes de monoxyde d’azote et fait varier le niveau inflammatoire. Or, vous lisez probablement mails et sms de façon chronique…

Quel est le problème des apnées inconscientes?

Nous utilisons dans nos pratiques respiratoires énormément de motifs comprenant des apnées. Toutefois, il y a une règle majeure à ces apnées: elles sont compensées par une régularité respiratoire. De plus, on ajoute à cela une conscience corporelle sur l’état de tension du corps généralement. Même si les temps d’expirations/ inspirations/ apnées ne sont pas les mêmes sur un motif donné, le motif lui est répété. Par conséquent, le système nerveux autonome suit ce rythme et comme tout système, il s’adapte bien tant que c’est régulier.

Le problème lorsque l’apnée n’est pas consciente, est qu’en général, elle se fait sur une inspiration et que l’expiration n’est pas en équilibre, provoquant une excitation du système nerveux. Si cela se répète trop souvent, un déséquilibre constant va s’installer générant une période de stress. De plus, elles sont liés à des stimuli imprévisible et donc nécessitant une adaptation rapide et irrégulière entraînant de la fatigue.

Vous pouvez d’ailleurs le tester vous-même. Prenez votre rythme cardiaque. Amusez-vous ensuite pendant cinq minutes à inspirer puis arrêter, puis expirer un peu et respirer normalement puis réinspirer et bloquer, sans jamais arrivez à l’inconfort avec l’apnée. Puis, mesurer votre rythme cardiaque à nouveau. Alors? 

Votre coeur s’accélère, cela signifie que vous êtes en stress. Imaginez maintenant les dégâts si vous faîtes ça tous les jours, 8 heures par jour…

La fonction flight or fight et la vie moderne

La fonction fight or flight est l’activation totale du système orthosympathique lorsqu’un danger peut potentiellement survenir. C’est ce qui nous a permis de survivre à une époque où courir vite était indispensable pour échapper à toute sorte de problèmes.

Le soucis, c’est que lorsque l’on reçoit ou qu’on écrit un email dans le cadre pro, on rentre dans cet état de vigilance et donc on stimule l’orthosympathique. Par conséquent, le corps est en état de tension à cause du stress. Ceci a une conséquence directe sur la façon de respirer. Ainsi, que l’on soit assis ou la tête penchée sur un portable, expirer devient dans cet état inconfortable et se fait moins automatiquement en état de stress. On expire donc seulement lorsqu’on sent un vrai inconfort à l’apnée. Soit trop tard…

Le résultat est que cet état qui est un état de survie devient permanent avec l’apnée de l’email. Or, si vous avez entendu parler de la courbe d’adaptation au stress, vous savez qu’un état de stress chronique conduit à un épuisement qui se manifeste par de la dépression ou de l’anxiété. En effet, les effets du stress sont cumulatifs. Vous saviez que les cadres sont la profession avec le plus de burn-out? Bizarre non?

Reprendre le contrôle de sa respiration pour éviter l’apnée de l’email

Un phénomène intéressant est apparu lorsque Linda Stone a fait son expérience. Certaines personnes étaient beaucoup moins affectées que d’autres. Elle les a donc interrogées et sans surprise, toutes avaient une pratique qui impliquait au moins de loin d’être conscient de sa respiration (Yoga, triathlète, chanteur de mémoire). Tout aussi intéressant, une étude formelle a été conduite par Gloria Mark, Stephen Voida, et Anthony Cardello publiée dans proceedings en  2012. Dans cet article, les auteurs ont enlevé les emails à un groupe d’employés et ont suivi leur niveau de stress avec différents marqueurs. Ils se sont rendus compte que malgré la surcharge de travail que provoque la disparition des emails, ces employés étaient beaucoup moins stressés que leurs collègues. Il manque une étude qui comparerait un groupe qui sait respirer à un groupe témoin par rapport à la présence d’apnée de l’email.

Bref, ceci est tout de même une bonne nouvelle puisqu’il suffit de reprendre conscience de sa respiration pour éviter pas mal de soucis. Comment? J’ai déjà écrit un article sur une petite routine à faire au bureau. Toutefois, il pourrait être intéressant de prendre l’habitude d’inspirer et expirer dès qu’on ouvre un email. Pour aider à ça, je prépare un petit software rapide de rappel pour éviter l’apnée de l’email.

En attendant, chaque fois que vous allez ouvrir vos emails, scanner votre position corporel, prenez votre rythme respiratoire et allez au charbon…

Conclusion

D’apparence anodine voir amusante, ces apnées de l’email sont en fait une vraie plaie. C’est une preuve qu’il faut réellement ancrer une respiration correcte tout le temps. Ceci se fait globalement par l’intégration de la respiration naturelle. en effet elle crée un corps dans lequel respirer ne demande pas d’effort, un des problèmes qui induit l’apnée. Plus globalement, le travail sur ordinateur pose un tas de soucis. Linda Stone propose la pratique de l’informatique consciente. L’idée est bonne.

Et vous, vous êtes vous déjà surpris à ne pas respirer pendant que vous lisez ou envoyez des messages? Laissez votre réponse en commentaire et si cela vous semble utile, partagez cet article à vos contacts qui sont susceptibles de lire des messages sur leur ordinateur 😉

Vous êtes intéressé par le stress en milieu professionnel en général? Abonnez-vous à la newsletter pour suivre le dossier respiration et travail!

 

A bientôt

Yvan

4 réponses sur “Connaissez-vous l’apnée de l’email?”

  1. Salut,

    l’apnée de l’email c’est comme l’apnée du telephone quand on s’attend de recevoir un coup de fil.On vit dans un monde Hyper-connecté et même trop!Notre mental est absorbé par ces technologies,il faut remettre l’esprit dans son corps et dans son environnement.

  2. Interressant !

    Mais pourquoi ces micro-apnée n’augmente pas notre niveau de CO2 ? ce qui pourrait nous détendre ?

    Vous voyez ce que je veux dire ?

    Ces micro-apnées seraient elles suivi hyperventilation ?

    Amicalement

    1. Bonjour Serge,

      l’augmentation du CO2 n’influe pas spécialement sur le para-sympathique. Au contraire, il a plutôt tendance à l’inactiver en stimulant l’ortho. De plus, la rétention en apnée créé des tensions musculaires qui s’accumulent dans le corps, ce qui le rend « nerveux »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.