Améliorer la conscience corporelle avec la respiration 6/2

bien-être, émotions, Entraînement sportif, exercice de respiration, Technique psycho-corporelle, technique respiratoire

Le travail autour de la respiration  peut aller du très grossier au très subtil. Autant le grossier ne demande que peu de travail pour en ressentir les effets, autant le subtil est plus délicat. Pour pouvoir aborder cette partie subtile, un travail important sur la conscience corporelle est nécessaire. Ce travail sera également couplé plus tard à un travail sur l’observation du mental pour se rendre compte des effets sur ce dernier. Mais c’est un autre sujet. Dans cet article, nous allons donc voir une technique pour améliorer notre conscience corporelle. Pour cela, nous allons bien entendu utiliser la respiration.

Dans un article précédent, nous avons parlé de la respiration 2/ 6 pour se détendre. Aujourd’hui, nous allons utiliser le motif 6/ 2 pour améliorer la conscience corporelle. Prêts? On est partis.

La conscience corporelle

Qu’est-ce que la conscience corporelle pour commencer? C’est l’expérience qu’un individu acquiert de son propre corps et de l’agencement spatial de ce dernier. Ceci se fait grâce à l’acquisition à la fois de données biologiques ( proprioception et kinesthésie) mais aussi des influences émotionnelles et sociales (définition ici).

Comme on peut le voir cette conscience corporelle va donc plus loin que notre seul sens du toucher ou notre capacité à évoluer dans l’espace. Le rythme, la gravité, la dynamique des mouvements nous entourant, tout cela en fait partie. Une bonne conscience corporelle devrait vous permettre de sentir l’intégralité de l’état de votre corps, de façon précise et différenciée. Un exemple tout bête, si vous avez froid, pouvez-vous dire quelles parties du corps sont les plus affectées et à l’inverse, quelles parties sont confortables? Êtes-vous capables de déterminer où est-ce que vous avez des tensions dans le corps? Pouvez-vous dire ce qui est inscrit dans le dos de votre t-shirt, simplement par le contact de ce dernier avec votre peau?

Voilà des bons exemples de ce qu’est la conscience corporelle.

On constate donc que cela va plus loin que de la simple psycho-motricité ou de la capacité à réaliser des prouesses physiques.

Pourquoi développer la conscience corporelle?

 

Développer la conscience corporelle devrait être un objectif pour tout le monde. En effet, une bonne conscience du corps permet d’éviter de nombreux problèmes. Dans le sport par exemple, une bonne conscience corporelle permet évidemment d’être plus performant mais également d’éviter les blessures, récupérer plus vite ou encore mieux s’entraîner. Pourquoi? Parce qu’on va pouvoir passer de comportements réflexes, typiquement, se contracter en cas de doute, à des comportements plus adaptatifs.

Un exemple tout bête, l’entorse de la cheville. La plupart du temps, une entorse de la cheville lors d’une cours arrivera parce qu’à l’impact de la cheville tordue, l’ensemble de la jambe et la hanche se contractent par réflexe/ peur pour éviter une chute. Résultat, le ligament de la cheville prend tout l’impact. A l’inverse, une grosse conscience corporelle va faire en sorte de soulager la cheville en déplaçant le poids vers le vide, quitte à tomber. La chute permettant ainsi d’éviter une entorse très longue. inutile de vous dire qu’une bonne conscience corporelle permet également de chuter en ne subissant que très peu de dégâts.

Un autre exemple tout bête est également la glissade sur une plaque de verglas. La grosse chute qui s’en suit est directement lié à un excès de contraction du corps lors de la glissade. Alors qu’une bonne conscience corporelle permet soit d’accompagner le glissement et d’éviter la chute ou alors d’accepter de tomber et de le faire en glissant ce qui  est bien moins dangereux.

 

La conscience corporelle pour sentir les variations fines

 

Nous avons vu l’intérêt de développer la conscience corporelle d’un point de vue purement mécanique. Toutefois, il y a bien plus. Le corps est affecté par de nombreux éléments subtils. La nourriture, l’air que nous respirons, les émotions, les interactions sociales… Comment se manifestent ces interactions d’un point de vue corporel? Par du mouvement ou au contraire de la crispation. Nous avons vu le danger de ces crispations à répétition non conscientisées dans l’article sur les micro-apnées. C’est exactement la même chose avec le reste. Pour aller plus loin, on peut même dire qu’une micro-apnée c’est une réponse à un des ces éléments subtils et qui a lieu à cause d’un manque de conscience corporelle.

Ainsi, le développement d’une bonne conscience corporelle vous fera sentir l’état de votre abdomen en fonction de ce que vous manger. Elle vous fera prendre conscience que la présence de quelqu’un vous irrite ou qu’une émotion vous affecte plus que prévu. En quoi est-ce important? Vous pourrez ainsi agir sans être emportés par une réaction du corps qui n’est pas identifiée.

Vous pourrez aussi sentir plus facilement les pratiques qui font du bien à votre corps, et en particulier les pratiques respiratoires subtiles comme la cohérence cardiaque, Bhrarami ou autres.

Plus généralement, votre conscience corporelle développera ce que l’on peut appeler l’instinct. D’ailleurs des phénomènes amusant peuvent avoir lieu. Par exemple, quelqu’un qui n’a jamais eu le sens de l’orientation peut se retrouver à l’avoir en développant sa conscience corporelle…

 

Comment développer la conscience corporelle?

La plupart des sports ou gymnastiques développent une forme de conscience corporelle. Néanmoins, c’est souvent incomplet bien que totalement nécessaire! En effet, la base de la conscience corporelle est d’avoir un maximum de mobilité tout en étant capable de se repérer dans l’espace. Toutefois, ce n’est que le début. Ceci permet d’avoir une conscience corporelle basique mais ne traitera que peu les aspects subtils.

Pourquoi? Parce qu’à moins d’un travail spécifique, le sport va pousser le pratiquant à ne pas écouter le corps pour pouvoir dépasser réaliser une performance. C’est d’ailleurs nécessaire d’en passer par là pour réaliser de quoi on est capable. Cependant, rapidement, il faut passer à un autre type de travail pour développer la conscience corporelle et ce travail passe par la recherche des tensions.

Attention, contrairement à ce que j’entend souvent, la tension n’est pas mauvaise, elle est naturelle. Essayez de tenir debout sans tension… Cependant, il faut pouvoir ne garder que les nécessaires et le bon niveau de tonus. Pour cela, il va falloir pour commencer avoir conscience de ces tensions ce qui pour la plupart des gens est déjà un problème.

Un petit test pour illustrer cela. Prenez le bras d’une personne et soulevez le. Demandez à la personne de totalement se relâcher puis quand vous voulez, lâcher le bras. Vous constaterez que peu de personnes auront leur bras qui tombera sans aucune résistance. Chez beaucoup, le bras restera même en l’air…

 

Rechercher les tensions par la respiration

 

Ainsi, chez la plupart des gens, seules les tensions évidentes seront conscientes. Par évidente, j’entends que ce sont les tensions douloureuses que les gens sentiront. Par contre, les tensions posturales, viscérales, diaphragmatiques ne seront en général pas conscientes jusqu’à ce que ce soit trop tard. Outre l’aspect problématique pour la santé générale et le maintien de postures vicieuses, cette absence de conscience rend le travail subtil, qu’il soit physiologique ou émotionnel voire énergétique complètement inutile. Comment sentir une variation de tension quand tout le corps est tendu?

Il faut donc traquer ces tensions invisibles et pour cela nous allons utiliser la respiration. L’inspiration calme le mental, l’expiration calme le corps. Nous allons utiliser un motif qui va favoriser l’inspiration pour que le mental puisse être totalement focalisé sur les tensions corporelles. L’expiration n’aura pour but que de les relâcher. Ce motif est le 6/2. Nous l’avons vu dans le dernier cours de respiration en ligne, le replay est disponible pour les membres argent et plus.

 

  • Allongez-vous sur le dos et détendez-vous au maximum
  • inspirez lentement par le nez sur 6 temps
  • Dès que vous trouvez une zone où la respiration passe mal, gardez votre conscience dessus et cherchez à inspirez par cette zone
  • Au bout des 6 temps, expirez sur seulement deux temps par la zone bloquée, vous devriez sentir qu’elle se détend
  • Reprenez une inspiration et observez si la respiration passe bien la zone. Si ce n’est pas le cas, recommencez.
  • Faîtes cet exercice quelques minutes puis re-respirez normalement sur 7/7 pendant 2 ou 3 minutes en gardant la conscience sur le déplacement de la respiration

Eliminer les tensions récalcitrantes

 

 

Lorsque cette première phase est terminée, nous allons nous intéresser plus spécifiquement aux tensions récalcitrantes. Lorsqu’une tension reste après le 6/2:

  • continuez à respirer normalement et gardez votre attention sur la zone bloquante.
  • Posez votre main sur cette zone et appuyez fermement dessus
  • Mettez en place une respiration rythmique en gardant l’attention sur cette zone et en essayant de rebondir sur la main avec la respiration
  • Respirez ainsi pendant 30 secondes à une minute
  • Reprenez une respiration 6/2 et observez si la respiration passe facilement la zone
  • Si oui, passez à la tension suivante, si non, revenez dessus.

Vous verrez avec la pratique de cet exercice qu’il y a toujours des tensions gênantes mais qu’elles seront de plus en plus fines. Lorsque vous travaillerez sur ce type de tension, ce sera bon signe puisque cela signifie que votre conscience corporelle se développe assez pour sentir du subtil.

 

Développer la mobilité interne pour améliorer la conscience du corps

 

Pour terminer une séance où vous auriez pratiqué ces deux exercices, je vous propose l’exercice suivant qui est une sorte de check de mobilité corporelle.

  • Restez allongés sur le dos
  • Mettez en place une respiration rythmique
  • Laissez les vibrations de la respiration traverser votre corps
  • Utilisez ce mouvement pour bouger l’intégralité de votre corps de pieds à la tête
  • Pendant le travail, cherchez les zones de votre corps qui bougent peu ou pas

La pratique de cet exercice vous permettra de sentir la différence entre les zones du corps souples, toniques et sans tension excessive et celles qui sont peu mobiles et tendues. Ceci vous permettra de voir l’évolution de votre travail dans le temps et toujours pareil, de mettre de la conscience dans ces zones peu mobiles. Cette conscience aidera à les remettre en mouvement.

 

Mobilité interne et conscience corporelle

 

De la même manière que la gymnastique va améliorer votre proprioception, la mobilité interne que vous développerez améliorera votre kinesthésie interne. Ceci enclenchera un cercle vertueux puisque l’absence de mobilité attirera votre conscience qui permettra de mettre de la mobilité dans la zone qui en a perdu. Petit à petit, ces zones deviendront de plus en plus rares et peu étendues.

Grâce à cela, vous serez en meilleure santé, plus réactifs et plus conscient des mouvements et postures qui sont mauvaises pour vous. Surtout, vous pourrez les corriger rapidement avant qu’elles ne posent de vrais problèmes.

Paradoxalement, cette mobilité interne va également favoriser votre capacité à vous relâcher et à vous détendre, ce qui veut dire aussi, abandonner votre conscience corporelle dans le repos. En effet, moins vous aurez de tensions, plus le corps sera proche de l’état de repos de base. Vous trouverez ainsi plus vite le sommeil qui sera également plus réparateur, votre corps ayant moins de tensions inutiles à maintenir.

Enfin, cette mobilité interne vous donnera la possibilité de bien sentir le trajet et l’effet des émotions. En effet, chaque émotion va venir mettre sous tension une partie du corps. Si l’on y prête pas attention, ces tensions restent en place et s’accumulent. En étant capable de suivre leur trajet, votre conscience corporelle vous permettra de les éliminer rapidement avec une respiration explosive par exemple.

 

Conscience corporelle et interactions sociales

 

Comme nous l’avons vu, la conscience corporelle prend en compte les variations environnementales. Parmi elles, on peut intégrer les interactions sociales. Quand je parle de cela, je me souviens toujours de cet exemple que m’a donné un de mes enseignants en systema, Khosrow Helly. Il nous parlait de l’importance de toujours respirer et pour illustrer cela, il nous parle d’une situation que tout le monde a dû vivre.

Imaginez que vous êtes dans la rue, ou n’importe quel endroit où il y a du monde. Une personne que vous trouvez magnifique marche dans votre direction. Vous lui souriez et là, la personne s’éloigne comme si elle avait peur. Vous lui en voulez parce que ce n’est pas très sympa de sa part d’avoir une réaction comme cela. Mais pourquoi s’est-elle comportée ainsi? En fait, avec le stress de cette personne qui s’avançait vers vous, vous avez oublié de respirer, votre corps s’est tendu, ce qui non seulement vous a donné un air bizarre mais a fait ressentir de la tension à la personne en question! En fait, il est probable que le résultat ait été totalement différent si votre conscience corporelle vous avez permis de ne pas subir ces tensions!

Cet exemple amusant illustre l’importance de la conscience corporelle dans les interactions. Cependant, cela peut aller plus loin. Parfois, une personne qui vous agace créée de la tension chez vous. A force de s’accumuler, vous avez envie d’exploser pour trois fois rien. Votre conscience corporelle pourrez vous éviter cela en vous faisant prendre conscience qu’il faut se détendre et que votre agacement est lié à votre situation corporelle en plus de la personne… Isolez-vous, mettez en place une respiration explosive et voilà comment éviter des agressions verbales à peu de frais…

 

Conclusion

 

La conscience corporelle couvre de nombreux éléments nous permettant d’évoluer dans notre environnement mais aussi d’être conscient des impacts que ce dernier a sur nous. Dans cet article, nous avons vu une possibilité pour développer cette conscience corporelle grâce à la respiration 6/2 combiné à la respiration rythmique. Pratiquez régulièrement cet exercice et vous verrez rapidement des changements à de nombreux niveaux.

Vous serez en effet plus disponibles dans votre corps, vous serez plus conscients des changements subtils, vous serez moins tendus et développerez votre instinct. Pour aller plus loin, je vous invite à rejoindre l’Ecole de la Respiration où nous pratiquerons cet aspect jusqu’en avril environ pour développer un corps capable de comprendre le travail émotionnel.

Dîtes-moi ce que vous pensez de cet exercice et en attendant, je vous dis à bientôt!

 

Yvan

Si tu as aimé cette article partage le 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.