Connaissez-vous le terme microbiote? C’est l’écosystème microbien qui vit en symbiose avec notre corps. Depuis quelques années, on découvre que le microbiote humain, en particulier le microbiote intestinal joue de nombreux rôles physiologiques et a de nombreux effets sur notre santé. Les microbiotes sont propres à chacun et on peut parfois retracer l’histoire d’une personne en analysant son microbiote. Cependant, ce microbiote peut varier et son équilibre détruit à cause d’une mauvaise hygiène de vie. La raison est que les micro-organismes ont une fenêtre de développement donnée et que si par vos habitudes vous modifiez cette fenêtre, alors la population microbienne va changer. Ce changement va souvent apporter des déséquilibres. Le rapport avec la respiration? Votre niveau d‘oxygène, de CO2 et la régulation hormonale qui lui est liée peut impacter le microbiote. C’est ce qui a été publié dans un article de Nature en 2016 dont je vais parler ici!

Le microbiote

Un microbiote est un ensemble de micro-organismes vivant à l’intérieur d’un hôte. Parmi ces micro-organismes, on trouve des bactéries, des champignons mais aussi des virus, des archaes ou des protozoaires (vers par exemple). Longtemps, il a été difficile d’étudier les microbiotes puisque tout les membres d’un microbiote ne peuvent pas être détectés par des approches de microbiologie classique. Ce n’est que dans les années 2000 avec l’avènement de la génomique que les chercheurs ont pu commencer à détecter l’ensemble des microbes composant les différents microbiotes. Les résultats ont été assez choquant puisqu’il a été estimé chez l’Homme par exemple, qu’il y a environ cent fois plus de cellules microbiennes que de cellules humaines… Cela laisse songeur. On peut même se demander si nous ne sommes pas en fait des simples garde-manger sur patte permettant aux microbes de se développer et de se propager tranquillement…

Chez l’Homme, c’est surtout le microbiote intestinal qui est étudié, c’est-à-dire la communauté microbienne vivant dans notre intestin. Néanmoins, il y a d’autres microbiotes  qui ont certainement une grande importance mais dont les études sont au commencement. On peut par exemple parler du microbiote cutané, connu depuis longtemps et étant une vraie barrière immunitaire. Mais il y a aussi le microbiote du nez qui semble avoir un certain intérêt et plus récemment, le microbiote des poumons…

Le microbiote intestinal

Le microbiote intestinal est aujourd’hui le microbiote le plus étudié. Il a d’ailleurs fait l’objet d’un très bon livre: le charme discret de l’intestin. Il comprend l’ensemble des microbes tapissant la paroi de notre système digestif, bouche comprise. Pourquoi ce microbiote est aussi important? Parce que contrairement à ce que l’on peut penser, le système digestif n’est pas du soi à proprement parler, c’est du milieu extérieur. Il y a donc une vraie barrière entre le système digestif et le reste du corps. toutefois, étant du milieu extérieur, il y a énormément des microorganismes qui y passent.

Le microbiote intestinal joue plusieurs rôles. Il participe à la bonne digestion de notre bol alimentaire et participe à l’immunité. Toutefois, de plus en plus de rôle dans des pathologies sont suspectées. par exemple, les maladies chroniques de l’intestin, parkinsion, alzheimer, le diabète ou l’obésité. Dans tous ces cas, il semble qu’il  ait un lien avec la composition de notre microbiote intestinal. Bien que ce ne soit pas encore dans les moeurs, la fécalothérapie, en gros remplacer un microbiote malade par celui d’un individu sain a certainement beaucoup d’avenir.

Le principal problème de ce traitement, c’est qu’il doit être souvent répété et que ce n’est pas très glamour. Pourquoi doit-on renouveler le traitement? Parce que notre environnement influence le microbiote. Et tout aussi amusant, notre microbiote influence aussi notre environnement. Une étude a ainsi montré qu’au bout d’une semaine, lorsque nous arrivons dans un nouveau logement, notre microbiote a colonisé l’environnement. Donc si on détermine la composition du microbiote de la maison, on peut dire que c’est vous qui y habitez… La conséquence est que lorsque vous rentrez avec un nouveau microbiote sain si vous avez été malade, si vous ne changez pas drastiquement votre manière de vivre, l’ancien microbiote vous recolonisera parce que vous lui offrez un environnement plus propice que pour le nouveau.

L’apnée du sommeil

L’apnée du sommeil est une pathologie entraînant des arrêts respiratoires involontaires durant le sommeil. La conséquence est un sommeil très perturbé qui peuvent entraîner des micro-réveils liés à la reprise d’air via le réflexe inspiratoire lorsque le CO2 est trop haut dan le corps. Les résultats sur la santé sont une grande fatigue au réveil, de la somnolence en journée et des maux de tête. Autres problèmes, des variations d’humeurs, de la dépression et des variations hormonales. On associe aussi parfois la fragmentation du sommeil à des excès de prises de nourriture. ceci conduit à de l’obésité et à une inflammation du tissu adipeux pouvant conduire au diabète.

Il y a plusieurs causes à l’apnée du sommeil. La plupart des cas sont liés à un manque de tonicité de la langue et des muscles de la gorge qui en se relâchant trop obstruent les voies respiratoires… Savez-vous de quoi sont souvent le symptôme de ce manque de tonicité? D’une respiration par la bouche! On le retrouve aussi chez les personnes âgées qui perdent en tonicité et les obèses dont l’excès de graisse pèse sur ces muscles. Autre cause, des problèmes neurologiques sur lesquels on ne peut pas trop jouer.

Pour en savoir plus: visitez ce site.

L’influence des coupures fréquentes du sommeil sur le microbiote

Dans un article de Nature, les auteurs se sont intéressés à l’influence d’un sommeil perturbé sur le microbiote intestinal de souris. Les auteurs ont proposé l’hypothèse suivante: le microbiote influe sur le métabolisme en particulier du prélèvement énergétique. En effet, une hypoxie transitoire provoque de grandes altérations dans le microbiote. Ils ont donc proposé que cette altération pourrait entraîner des problèmes comme l’obésité ou le diabète.

Le premier résultats spectaculaires est que 4 semaines après le début de la perturbation du sommeil, les souris ont commencé à manger beaucoup plus, à générer de l’inflammation et devenaient résistante à l’insuline… En s’intéressant au microbiote, les auteurs ont remarqué que 30 % de la population microbienne avait changé dans le groupe soumis au stress du sommeil. 

Avec l’avancement de l’expérience, la graisse viscérale a augmenté très significativement dans le groupe test. Cette augmentation se corrèle avec une population microbienne différente. Ils ont également perçu une augmentation des cellules immunitaires présentes dans l’intestin et les graisses suggérant que les nouvelles populations déclenchent une réponse immunitaire et inflammatoire plus importante. 

Sans surprise, la population de bactérie anaérobie augmente dans ces conditions. La classe des clostridia est ainsi sureprésentée dans le groupe test. Or, le métabolisme anaérobique génère plus de gazs ou de molécules inflammatoires liées à la fermentation. A l’inverse, les lactobacilles, une classe importante pour la bonne régulation de la flore intestinale et la bonne digestion du bol alimentaire ont tendance à disparaître…

Les conséquences des changements du microbiote sur la santé

A la vue de ces résultats, le microbiote modifié va déclencher tout un tas de problèmes comme l’inflammation, l’obésité et le diabète.  Il est impressionnant de voir que simplement de changer les motifs respiratoires ont autant d’impact sur le microbiote intestinal. Comment prévenir ces changements? Les probiotiques peuvent-être une solution. Malheureusement, l’environnement dans lequel vous allez mettre ces ferments font qu’ils auront peu de chances de bien se développer.

Après consultation pour avoir la cause de l’apnée du sommeil, le chemin sur lequel vous aurez le plus d’impact sera la restauration d’une respiration correcte. Comment faire cela? Déjà, respirer par le nez. En journée, mettez vous des alarmes sur le téléphone et vérifiez comment vous respirez. La nuit, dormez avec un scotch sur la bouche pour vous obliger à respirer par le nez. Pour vous entrainez, travaillez la respiration naturelle. Faîtes par exemple de la marche respiratoire pour allonger votre temps d’inspiration avec le nez. Pendant vos exercices, obligez-vous à coller votre langue contre votre palais, le bout de la langue derrière les incisives. Petit à petit, vous respirerez naturellement par le nez et restaurerez un environnement plus aérobie pour votre microbiote.

Conclusion

Le microbiote a un effet considérable sur notre santé. Son équilibre et fragile et la respiration, si elle est mauvaise peut le perturber. Réapprendre à respirer par le nez semble une bonne piste pour maintenir le microbiote en bonne santé. Toutefois, le mouvement est aussi important. Garder les viscères en mouvement permet de réduire l’inflammation et d’oxygéner les tissus. Un bon exercice. Faîtes un squat en descendant en inspirant tranquillement par le nez et remontez en expirant par le nez aussi. Cela fera un bon massage.

Je pense réécrire sur les liens microbiote et respiration puisqu’il semble que la littérature soit riche. En particulier, sur les liens avec le stress et la dépression. un domaine très riche avec des solutions concrètes.

J’espère que cela vous a plu et je vous dis à bientôt.

Yvan

Instagram
Telegram